Les sept commandements pour réussir votre maïs

Dans le but de demeurer un chef de file en grandes cultures au Québec et par souci de se tenir à l’affût des nouvelles techniques culturales, le réseau Agrocentre a profité du passage au Québec, le 11 février dernier, du professeur Fred Bellow de l’Université de l’Illinois, pour organiser une journée agronomique pour ses représentants.

Le Dr Bellow, professeur au département de phytotechnie à l’Université de l’Illinois et reconnu comme grand spécialiste de la culture du maïs et du soya, a profité de cette journée pour partager avec les représentants du réseau Agrocentre, des dernières avancées dans son domaine de prédilection, les 7 merveilles de la production de maïs à haut rendement.

 

Le texte suivant vous résume les grandes lignes de cette conférence : La température : malgré que l’on souhaite chaque année avoir un printemps précoce, sec et chaud, la réalité est que nous n’avons toujours pas trouvé le moyen de contrôler dame Nature. Une température clémente demeure toutefois le facteur le plus important dans la maximisation du rendement du maïs : selon le Dr Bellow, la température compte pour 70 boisseaux à l’acre.

La sélection des hybrides : un producteur agricole sème et récolte environ 40 fois dans une vie. Une des décisions les plus importantes qu’il a à prendre année après année est donc la sélection des hybrides qu’il sèmera. Selon le Dr Bellow, l’innovation au niveau des nouvelles variétés de maïs et les nouveaux traits de biogénétique, qui sont sans cesse améliorés, leur permettent d’exprimer leur potentiel de rendement. Toujours selon celui-ci, il faut être prêt à débourser un peu plus pour un bon hybride, dans le but d’augmenter le rendement de 50 boisseaux/acre.

Travail du sol : le travail du sol n’affecte pas le rendement autant que la croyance populaire ne le laisse croire. Peu importe le type de travail de sol choisi par le producteur, ce facteur ne compte que pour 15 boisseaux/acre, selon le Dr Bellow.

L’azote : le placement de l’azote et le stade de croissance auquel il est appliqué ont le potentiel d’influencer le rendement du maïs autant que la température. En ce qui concerne le placement, le Dr Bellow décrit le système de pendior Y (Y drop system) comme étant une pratique révolutionnaire, qui consiste à appliquer la solution d’azote liquide près des racines du plant, plutôt qu’entre les rangs. Cette nouvelle technique sera testée à l’été 2016 par le réseau Agrocentre. De plus, pour maximiser les rendements de maïs, il est important d’avoir une formule balancée en azote, phosphore et potasse (N-P-K) et autres éléments mineurs, tels que le soufre et le zinc, tout en respectant les recommandations du plan agroenvironnemental en fertilisation (PAEF). Le MESZ offre une avenue intéressante selon le professeur Bellow. L’azote compte pour 70 boisseaux/acre. Il est important de comprendre que l’azote et la température, combinés ensemble, comptent pour plus de la moitié du rendement du maïs.

Population de plants/acre : le professeur Bellow affirme qu’une grande majorité de producteurs laisse du rendement sur la table, ou plutôt dans la poche de maïs en semant une trop basse population de plants à l’acre pour un espacement de 30 pouces.

Selon lui, des solutions simples à ce problème seraient d’augmenter la population de plants semés à l’acre et de réduire l’espacement des rangs de 30 à 20 pouces ou de semer en rangs jumelés. La population de plants à l’acre compte pour 20 boisseaux/acre.

Antécédent cultural : le Dr Bellow décerne une pénalité de rendement de 25 boisseaux/acre pour une rotation maïs sur maïs. Cela s’explique par le fait que les résidus de maïs de l’année précédente, accumulés au sol, séquestrent l’azote, qui est donc moins disponible pour les nouveaux plants. Cela a pour effet de produire de plus petits plants et plus petits épis. Une rotation maïs/soya et/ou maïs/soya/céréales est conseillée.

Régulateurs de croissance : utilisé en combinaison avec un haut taux de semis, une fertilisation complète et un hybride performant. Le Professeur Bellow conseille l’utilisation de fongicides pour protéger le rendement. Ce dernier facteur et non le moindre compte pour 10 boisseaux/acre. En conclusion, bien que chacun des 7 facteurs énumérés ci-haut, pris individuellement, a l’effet d’augmenter le rendement de maïs, c’est la synergie créée par la combinaison de tous ces facteurs qui permettra d’atteindre un rendement maximal.

En travaillant main dans la main avec son représentant Agrocentre, chaque producteur a les outils à sa disposition pour aller chercher un maximum de rendement.

Bonne saison et bon semis !


En avril, ne te découvre pas d’un fil

Derniers miles avant le début de la saison. Comme c’est souvent le cas, plusieurs producteurs cherchent à réaliser


Le soufre, un élément à considérer

Les dépôts de soufre « naturels » provenant de la pollution sont de moins en moins grands. C’est pourquoi nous observons


Tout le monde le sait, personne le fait

Le mois de février est riche en conférences et formations de toutes sortes. C’est le temps de l’année pour se mettre à