Cultures Round-up Ready, désherber autrement

La culture du maïs et du soya Roundup Ready prend une place importante au Québec. Même s’il y a une vague de producteurs qui font un virage biologique depuis quelques années, le Roundup est encore l’herbicide le plus utilisé en Amérique du Nord et même sur la planète ! Il entre dans la composition de plusieurs stratégies d’arrosage, autant en semis direct qu’en conventionnel, ou pour le brûlage des prairies.

Bien que l’herbicide Roundup n’ait pas bonne presse ces temps-ci, il demeure quand même un produit à faible risque sur la santé et l’environnement selon SAgE Pesticides. Ses indices de persistance et de lessivage sont faibles. De plus, le Roundup est une solution de désherbage économique et efficace. Par contre, il ne faut pas oublier que lorsqu’une matière active est utilisée seule, il est difficile de gérer les risques d’apparition d’une résistance chez les mauvaises herbes. En 2017, le CEROM a détecté pour la première fois au Québec une plante résistante au glyphosate : la moutarde des oiseaux.

L’utilisation d’autres herbicides ciblant mieux les mauvaises herbes problématiques présentes dans le champ est donc une solution à privilégier. Il est important aussi de varier les groupes de matières actives d’une culture à l’autre, d’une année à l’autre. Même si le maïs ou le soya sont résistants au glyphosate, ils peuvent être traités avec un herbicide différent et ainsi, le traitement au glyphosate peut être considéré comme une solution de rechange, en cas d’échappée de mauvaises herbes.

Par exemple, dans le maïs, un arrosage en prélevée demeure un choix idéal pour éviter l’établissement des mauvaises herbes, et ainsi augmenter le potentiel de rendement de la culture à son maximum. La période 3 à 8 feuilles est critique dans la détermination du rendement, le maïs pouvant détecter la présence de compétiteurs par le changement de la qualité de la lumière réfléchie par le sol. Si le champ est déjà propre, il n’y a aucune compétition pour la disponibilité de l’eau, de la lumière et des éléments nutritifs, le maïs ne s’étiolera pas et conservera son plein potentiel de rendement. Dans ce scénario, le glyphosate pourrait être utilisé en arrosage postlevée s’il y a des échappées ou des vivaces que l’herbicide appliqué en prélevée ne contrôle pas.

Un autre exemple serait d’ajouter le glyphosate à d’autres herbicides pour un arrosage de postlevée hâtive (3-4 feuilles du maïs). Le glyphosate agira alors sur les mauvaises herbes déjà levées, et l’autre herbicide résiduel maîtrisera les mauvaises herbes qui ne sont pas encore levées. De plus, ces résiduels seront beaucoup plus efficaces contre des mauvaises herbes qui germent toute la saison, comme l’abutilon et la morelle noire. L’idéal est d’utiliser un herbicide résiduel composé de plusieurs matières actives. Par exemple, AcuronTM, un nouvel herbicide offert depuis l’an dernier, contient 4 matières actives dont une nouvelle : le bicyclopyrone, qui fait partie du groupe 27, et contrôle autant les feuilles larges que les graminées.

Un autre avantage de désherber autrement qu’avec du glyphosate seul est de maintenir des champs avec une pression de mauvaises herbes basse, ce qui peut faciliter le désherbage l’année suivante dans une culture telle que le soya IP par exemple. En effet, le désherbage du soya conventionnel est plus coûteux, alors le fait de bien contrôler les mauvaises herbes dans les cultures en rotation peut aider l’efficacité des traitements dans le soya conventionnel et ainsi éviter de devoir retraiter. Ceci permet de récupérer l’augmentation du coût du désherbage du maïs.

Pour le soya Roundup Ready, plusieurs herbicides pouvant être combinés au glyphosate sont offerts sur le marché, permettant de diminuer la dose de glyphosate appliquée. Par exemple, contre le souchet, l’ajout du Classicmd (herbicide copack Gardien®) permet un bon contrôle, alors que le glyphosate utilisé seul devrait l’être à forte dose pour avoir un effet. Pour le contrôle de la prêle des champs, le Reflex® (herbicide co-pack Flexstar®GT), est efficace pour brûler la partie aérienne de cette plante. Aussi, l’utilisation du dicamba dans le soya Xtend peut aider à contrôler les mauvaises herbes vivaces, sans avoir à utiliser de grosses doses de glyphosate.

Culture Roundup Ready ou pas, il est bénéfique, autant au niveau du rendement que de l’efficacité à long terme, d’utiliser aussi des herbicides résiduels, et de varier les modes d’action. Parlez-en à votre représentant Agrocentre, il pourra vous aider à choisir les produits les plus efficaces, selon vos champs.


Dose d’azote dans le maïs : la recherche québécoise dans l’Agronomy Journal !

Vous serez sans doute d’accord avec moi que pour que les essais et la recherche prennent tout leur sens, il faut que


Actualités

Soya - Il ne manque certes pas d’oléagineux sur le marché en ce moment (stocks en surplus de 5.5 à 6 Mt au moment


Réglementation

Le 19 février dernier, Mme Isabelle Melançon, ministre du développement durable, de l’environnement et de la lutte