Désherbage économique vs agronomique dans le soya RR

Lorsque vient le temps de planifier leur stratégie pour désherber le soya RR, plusieurs producteurs agricoles optent pour un seul passage de glyphosate lorsque la majorité des mauvaises herbes sont levées. Cette stratégie est économique, et le résultat visuel au niveau de la maîtrise des mauvaises herbes est relativement bon. Mais quel rendement avez-vous perdu en laissant les mauvaises herbes germer et s’établir ?

Le soya doit être exempt de mauvaises herbes en début de croissance. Cette période critique est le moment le plus important pour éliminer la compétition et minimiser l’impact sur le rendement. Selon le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP), la période critique sans mauvaises herbes est entre le stade de 1 à 3 feuilles trifoliées (V2 à V3).

Quelques solutions s’offrent aux producteurs pour protéger le potentiel de rendement. L’une d’entre elles est l’utilisation d’un herbicide résiduel en prélevée du soya, suivie d’une application de glyphosate en postlevée tardive. Vous direz que 2 arrosages et l’herbicide résiduel augmentent le coût par acre pour le désherbage ? C’est bien vrai. Par contre, avez-vous pensé à ce que vous allez perdre si vous ne protégez pas le potentiel de rendement ? Selon le Guide de lutte contre les mauvaises herbes 2018, Publication 75A-F du Ministère de l’agriculture de l’Ontario, 11 essais aux champs ont conclu à une différence de rendement moyen de 0.19 TM/acre à l’avantage d’une stratégie de 2 passages (herbicide prélevée suivi d’un glyphosate en post tardive) par rapport à un seul (glyphosate en postlevée tardive). Si on fait un calcul rapide avec un prix de soya RR à 435$/TM, ça fait un revenu supplémentaire de 83$/acre. Cette différence en terme de revenu vient combler amplement le coût supplémentaire du passage et de l’herbicide résiduel. Il est à noter que l’étiquette de plusieurs produits offre le choix d’utiliser 2 doses en fonction de l’infestation. On peut ainsi utiliser la « petite dose » d’herbicide résiduel pour s’assurer que le champ reste propre jusqu’à 3 trifoliées dans une stratégie de 2 passages, et ainsi s’assurer de protéger le rendement.

Dans un plan de phytoprotection, une stratégie à 2 passages dans le soya RR est à considérer. Dans le cas d’une entreprise avec de grandes superficies de soya RR, ça permet de répartir le travail étant donné que la fenêtre d’application d’un seul passage est très mince. Combien d’entre vous avez déjà manqué cette fenêtre ? Essayer d’arroser la totalité des superficies en un passage comporte des risques si les conditions météo ou de sol ne permettent pas l’application au bon moment. Cette stratégie s’applique aussi si vous travaillez avec une entreprise d’arrosage à forfait qui risque de ne pas être là exactement au moment souhaité.

Autre point à considérer… si vous avez des champs avec un problème de mauvaises herbes qui germent tout au long de l’été, l’effet résiduel va diminuer les risques d’infestation si celles-ci figurent sur l’étiquette du produit utilisé. La mauvaise herbe la plus courante et la plus problématique dans le soya est la morelle noire de l’Est. L’utilisation d’un herbicide résiduel contrôlant la morelle tard en saison facilitera le battage, améliorera la qualité de la récolte, et empêchera que le champ ne se réensemence pour l’année suivante.

Enfin, l’utilisation d’un herbicide résiduel réduit les risques de résistance au glyphosate, étant donné que l’on utilise des matières actives différentes. Un premier cas de résistance au glyphosate, soit la moutarde des oiseaux, a été découvert au Québec en 2017. Il est donc primordial de diversifier les méthodes de désherbage !

N’hésitez pas à prendre contact avec l’Agrocentre de votre région pour planifier votre stratégie de désherbage pour la prochaine saison !


Ce n’est pas juste une question de planteur

Chaque printemps, tous les producteurs sont pleins de bonnes intentions. Ils suivent quelques formations pour être à


Votre prochaine récolte est-elle commercialisée ?

À l’approche de la période des semis, avez-vous pensé commencer à commercialiser vos grains pour la prochaine récolte ?


De l’urée au démarreur ?

Devrait-on éviter l’urée comme source d’azote dans les formules de démarreurs granulaires ? Si d’autres sources d’azote