Les expressions du terroir québécois

La culture québécoise est colorée d’expressions et de croyances sur tous les thèmes et pour toutes les occasions. En ce début de nouvelle année, célébrons notre folklore avec une petite compilation des expressions agricoles du terroir !

 

Quel temps fera-t-il ?

En agriculture, la météo est particulièrement importante, et pour la prédire, il n’y a qu’à bien observer la nature qui nous entoure. Ainsi, des nuages en écailles de poisson, tout comme les hirondelles qui volent bas ou les vaches couchées au champ, sont annonciateurs de pluie. Au contraire, un soleil rouge au coucher signifie qu’il fera chaud et beau le lendemain. À plus long terme, il semble que la rigueur de l’hiver à venir puisse être mesurée à l’épaisseur de la pelure des oignons récoltés, et la quantité de neige à tomber, à la hauteur des nids de guêpes, ou du premier épi, sur les plants de maïs. Un printemps tardif et froid annoncerait que l’année suivante sera froide aussi.

Le vocabulaire québécois s’est construit au fil des ans, et s’il contient plusieurs expressions et mots anciens légués par les colons français, il s’est également développé selon les réalités propres à notre culture et à la personnalité de nos régions. La religion a donc sans surprise une influence sur nos dictons.

Ainsi, certains diront qu’un vent au nord le Vendredi saint annonce 40 jours de temps frais, et d’autres croient que de la pluie le dimanche des Rameaux en entraînera pour les 13 dimanches suivants.

«  Beaucoup de paille et peu de blé, quand Noël est éclairé »

«  Le vent qui souffle sur les Rameaux, ne changera pas de sitôt »

 

À poils et à plumes

Les animaux de la ferme ont aussi inspiré le parler de nos ancêtres québécois. Quand il vente fort par exemple, on dit qu’il vente à écorner les bœufs. C’était d’ailleurs le temps idéal pour accomplir cette tâche, le vent chassant les mouches des plaies, évitant leur contamination.

Quand le chaos s’installe et que rien ne va plus, on dira que « le diable est aux vaches », et à une personne indécise, on lancera « fais ton pis ! » pour la presser à se décider. À celui ou celle qui se couche tôt on dira qu’il/elle se couche à l’heure des poules, en référence au fait que les poules entrent se coucher dès que le soleil se cache.

Le cochon détient assurément le record en terme de nombre d’expressions qui lui sont associées. L’expression « quel temps de cochon ! » par exemple, désigne un mauvais temps, froid et humide. Elle trouve son origine et son explication dans la vie rurale de jadis, alors que l’animal, une fois abattu, devait être conservé pour plusieurs semaines. L’une des méthodes de conservation les plus connues alors était la mise au saloir. Pour favoriser la prise de sel, il importait que le temps soit de la partie : une bonne et froide humidité ambiante était un gage de réussite. Le porc était donc tué en novembre, par un temps... de cochon.

Il y a aussi l’expression : « on fera quelque chose de toi si les petits cochons ne te mangent pas », qui signifie un avenir prometteur si aucun événement fâcheux ne survient. En temps de guerre, les cochons étaient utilisés pour manger les cadavres et éviter ainsi la propagation des épidémies. À moins d’un évènement funeste, la personne à qui l’on adresse cette réplique est donc destinée à un brillant avenir.

Très imagé, le dicton « donne à manger à un cochon, il viendra chier sur ton balcon », nous rappelle qu’il ne faut pas accorder notre confiance ou être généreux avec quelqu’un qui ne le mérite pas, sous peine d’être déçu, ou trahi en retour. Il en existe plusieurs autres, comme se faire du sang de cochon, manger comme un cochon, avoir une tête de cochon ! Et pour remettre à sa place une personne trop familière, on lui lancera « nous n’avons pas gardé les cochons ensemble ! ».

 

Proverbes de travailleurs

Le métier d’agriculteur est exigeant, et les heures travaillées sont souvent longues. Inspirées de cette réalité, voici d’autres citations : « Y penser sans cesse ne labourera pas le champ », ce qui signifie qu’il est inutile de s’inquiéter ou de ressasser qu’il y a un travail à effectuer, il suffit de le faire. À l’Assomption on dit que « où il y a de la roche, il y a des patates », pour s’encourager à la ramasser, dans un champ qui produira par la suite de bonnes récoltes. « Travailler jusqu’à ce que les cure-dents pètent » s’entend également dans certaines régions, signifiant que la tâche à accomplir se poursuivra jusqu’à ce que les yeux de l’agriculteur se ferment et brisent les cure-dents qui les tenaient ouverts !

Inspirée de la vie agricole, l’expression « raide comme de la corde de poche » fait allusion à la corde de chanvre dont on se servait pour ficeler les ballots de foin. En général, on lance cette moquerie pour décrire les cheveux de quelqu’un. Du passé nous vient aussi la phrase : « amanchure de broche à foin ». Autrefois, les cultivateurs peu fortunés utilisaient de la broche pour attacher les balles de foin. Cette broche, qui cassait très souvent, rendait leur travail inefficace, car elle les obligeait à recommencer. Aujourd’hui l’expression « broche à foin » sert à qualifier une organisation bâclée, quelque chose de mal fait.

 

Presque de la musique

Certaines expressions dénichées pour cet article sont poétiques, presque musicales... Ne remets pas au lendemain ce que tu peux faire le jour ou le matin ; semaille tardive, récolte chétive ; les boeufs sont lents, mais la terre est patiente... Que de richesse dans le patrimoine linguistique québécois !

En ce début d’année 2018, tout le réseau agrocentre vous souhaite du succès, du bonheur et de la santé pour la prochaine année. 

« Regarde comme sont menées, depuis Noël douze journées, car, en suivant ces douze jours, les douze mois feront leur cours »

 


La panique totale !!!

Au moment d’écrire ces lignes, le 14 novembre dernier, c’était bel et bien la panique ! Au téléphone depuis 7h15 le


Faire ses provisions avant l’hibernation

Que se passait-il chez votre détaillant en novembre ? Bien sûr, il y avait déjà la planification des semences pour le


Faire plus de lait avec votre maïs fourrager, ça vous intéresse ?

Est-ce que votre nutritionniste vous a déjà mentionné que vous aviez besoin d’antitoxines dans votre ration ? Plusieurs