Démystifions les adjuvants

À chaque année, lorsque vous vous apprêtez à faire une bouillie pour arroser un champ, vous vous demandez pourquoi votre conseiller vous recommande d’ajouter divers produits à la recette de base. Ce dernier vous répond que ce sont des adjuvants qu’il faut utiliser, mais vous aimeriez en savoir plus. Cet article est pour vous. Ensemble, démystifions les adjuvants ! 

Selon le Larousse, un adjuvant en agriculture se définit comme suit : « Un adjuvant est un produit chimique qui améliore le pouvoir de dispersion, d’étalement ou d’adhérence des pulvérisations sur les plantes ». Les adjuvants sont couramment utilisés dans le monde agricole. Sur les étiquettes de plus de 71 % des herbicides, l’ajout d’un adjuvant est recommandé, et seulement 5% des 500 pesticides homologués aux États-Unis l’interdisent. Les recherches ont démontré que 70% de l’efficacité des pesticides dépend de l’application. Donc, le fait de voir un ou des adjuvants sur sa recommandation est normal. Si aucun ajout n’est recommandé, c’est qu’il y a de fortes chances qu’un adjuvant soit déjà inclus dans la préparation du produit.

Les adjuvants sont divisés en deux catégories, soit les activateurs et les adjuvants d’utilité.

Les Activateurs

Les activateurs augmentent la performance des pesticides quand l’application atteint le feuillage. Dans cette catégorie on retrouve les surfactants ou agents tensioactifs, qui sont les adjuvants les plus utilisés. Il en existe trois types, soit les surfactants anioniques qui chargent l’eau négativement, les cationiques qui chargent l’eau positivement (utilisés seulement avec le glyphosate) et les non-ioniques qui ne s’ionisent pas dans l’eau. Ces derniers sont peu toxiques pour la plante et sont les plus utilisés en agriculture. Les surfactants augmentent l’adhérence, l’étalement et la dispersion des gouttelettes sur le feuillage. Ils réduisent également l’évaporation, et aident à dissoudre la couche cireuse de la feuille dans le but d’augmenter la pénétration du pesticide. Les produits tels que Activate plus, Ag-surf et Agral 90 font partie de cette catégorie. Ensuite, il y a les produits azotés et AMS qui augmentent l’efficacité des herbicides pour les feuilles larges en particulier et lorsqu’il y a présence de poils. Ils aident également au mouvement de l’herbicide dans la plante. Le 28-0-0 et le Crimson font partie de cette catégorie. Les huiles sont également des activateurs, leur but étant de dissoudre la couche cireuse de la feuille et de faciliter la pénétration et l’étalement des gouttelettes. Les huiles minérales sont produites à base de pétrole, comme le Xa-oil concentré et l’huile à maïs. Il y a aussi des huiles végétales, faites à base de soya, de tournesol ou de coton qui effectuent les mêmes tâches que les huiles minérales. Finalement, les organo-silicone tels que le Sylguard sont considérés comme « super mouillants ». Ils diminuent l’angle des gouttelettes sur les feuilles à 5o au lieu de 94o pour l’eau.

Les adjuvants d’utilité

Les produits de cette catégorie permettent une pulvérisation plus efficace. On y retrouve notamment des agents de compatibilité comme le LI-700, qui assurent l’uniformité de la bouillie lorsque deux produits se mélangent difficilement et provoqueraient des dépôts. Il y a aussi les agents acidifiants, comme le Crimson, qui servent à diminuer le pH de l’eau afin d’augmenter l’efficacité du pesticide, ou qui peuvent être utilisés lors de certains mélanges d’engrais qui ont un pH trop élevé. Les anti-mousses, tel le Agri-Foam Clear sont des émulsions de silicone utilisées pour prévenir ou enrayer la formation de mousse dans le réservoir. Les anti-dérives sont à base de polymère et ils servent à augmenter et uniformiser la taille des gouttelettes afin de réduire la dérive. L’interlock effectue cette tâche à la perfection. Finalement, les agents nettoyants sont les adjuvants les plus délaissés alors qu’ils permettraient d’éviter de graves erreurs que l’on voit à chaque année. Ils doivent être employés à chaque rinçage de réservoir lorsque la recette et/ou la culture cible est différente. Le All-Clear et le Finish sont de cette catégorie. 

Certains facteurs comme la température, le taux d’humidité, les stress environnementaux, le développement des mauvaises herbes et le stade de la culture sont à considérer lors du choix d’un adjuvant. Il faut bien lire l’étiquette avant de les utiliser. Les adjuvants sont des produits peu coûteux qui peuvent faire la différence entre un désherbage réussi et un désherbage raté. Votre représentant Agrocentre est formé pour bien vous conseiller. Bonne pulvérisation !


La Quête du rendement 2017, le bilan

Le projet de la Quête du rendement a été initié en 2014. L’idée a été calquée du programme Pursuit of 300, de la compagnie


El Niño, La Niña et nous

El Niño, La Niña et nous La météo arrive sans surprise au premier rang des préoccupations en agriculture. Elle a un


À propos du PAEF

Depuis 20 ans déjà que la réglementation québécoise exige que les épandages de matières fertilisantes soient planifiés à