La Quête du rendement 2017, le bilan

Le projet de la Quête du rendement a été initié en 2014. L’idée a été calquée du programme Pursuit of 300, de la compagnie MosaïcTM, qui visait l’atteinte d’un rendement de maïs de 300 boisseaux/ac chez des producteurs de l’Illinois. L’objectif est simple : il s’agit de suivre un ou deux champs chez un producteur de chaque Agrocentre, et de partager des observations et les actions prises pour tenter d’atteindre le meilleur rendement possible. Habituellement, les champs sélectionnés sont cultivés en maïs-grain, et la Quête implique un travail sur certains facteurs ciblés,soit la population,la fertilisation azotée et l’utilisation d’un fongicide. L’approche n’est pas très scientifique, puisqu’il n’y a pas de protocole imposé pour les essais chez les 6 producteurs que l’on peut suivre via notre site web, outre le fait que l’on doive retrouver au moins un élément d’agriculture de précision dans la régie de la parcelle choisie. Des essais sur ces mêmes paramètres sont effectués avec plus de rigueur chez des clients Agrocentre et à la ferme de recherche ; nous y reviendrons plus loin. Voyons pour l’instant ce qui ressort de cette 4e année du projet de la Quête du rendement.

Tout d’abord, le semis a été retardé chez tous les participants. Sur les 7 champs de maïs de la Quête, 6 ont été semés entre le 17 et le 20 mai. En général,cependant, les conditions de semis étaient bonnes et la levée a été rapide et uniforme. 

Choix de l’hybride et population

Les améliorations génétiques constantes des dernières années font en sorte qu’aujourd’hui, avec la plupart des variétés, on visera une population finale d’au moins 34 000 plants/acre. Une meilleure tenue et une plus grande résistance aux stress font en sorte que les hybrides performent bien à des populations plus élevées. L’hybride 3899VT2P de Croplan a été choisi par la moitié de nos participants, soit ceux qui sont situés dans des zones de 2900 UTM et plus. Selon le guide de semis 2018 de Croplan, c’est un hybride qui a une réponse élevée à l’azote et au fongicide et un potentiel de gain de rendement élevé avec une augmentation de la population. Il a été semé à des populations variant de 32 000 à 39 000 grains/acre dans les champs suivis, et bien que les rendements ont été excellents (rendement moyen entre 13.5 et 15.5 t/ha selon le champ), l’effet des zones de population élevée n’est pas évident. Chez Marc St-Jean ,par exemple, en recoupant la carte de semis avec les données de rendement, on obtient une différence de rendement de +286 kg/ha seulement dans la zone semée à 39 000 plants/acre par rapport à celle de 34 000 plants/acre. À Sainte-Élisabeth, à cause du printemps tardif, les Pagé ont préféré changer de variétés et ont opté pour le 2417VT2P de Croplan et le N20Y de NK qui ont été semés en alternance dans une parcelle, alors que l’autre a été semée avec le N20Y uniquement. Le 2417 démontre une réponse à la variation de population moins grande que le 2845VT2P qui devait être semé au départ. Il y a, dans les deux champs, des zones qui ont clairement souffert des précipitations abondantes et d’accumulation d’eau, et si on devait diviser les champs en zones de gestion en se basant sur les cartes de rendement de 2017, elles seraient différentes de celles qui ont été établies au printemps pour faire varier les taux de semis. Malgré tout, dans le champ semé avec le N20Y, il y a tout de même eu 580 kg/ha de plus en moyenne dans les zones semées à 36 000 grains/acre par rapport à la moyenne des zones à 32 000 grains/acre. Dans l’autre champ, il n’y a à peu près pas de différence de rendement entre les différentes populations, et si on pousse un peu plus l’analyse, on s’apercevra probablement que l’effet variétal est plus important dans ce champ que celui de la densité des plants.

Azote et fongicide

Toutes les parcelles de la Quête ont reçu une fertilisation azotée d’au moins 200 kg N/ha. Un traitement fongicide au stade VT a aussi été réalisé chez tous les participants, sauf à la ferme N. J. Pagé inc. Avec les conditions météorologiques que nous avons connues cet été, le fongicide a certainement permis de réduire la pression des maladies du feuillage : les observations de fin de saison dans les champs de la Quête ont montré des plants en santé, des feuilles qui sont restées vertes et des épis bien remplis. Comme il n’y a pas de bandes témoins dans nos parcelles, il n’est pas possible de chiffrer l’influence de ces facteurs sur le rendement. 

Par contre, des essais réalisés à la ferme de recherche de St-Hyacinthe sur 3 ans (2014 à 2016), ont démontré que la régie intensive donne les meilleurs rendements. La régie intensive, dans ces essais, incluait une population de 38 000 plants/ac, l’application d’un fongicide, et une fertilisation azotée à 205 et 240 kg N/ha en petites parcelles. La régie intensive a démontré sa rentabilité chaque année et sur tous les sites, et ce, même avec la grosse dose d’azote. En moyenne, il n’y avait pas de différence de rendement significative avec le traitement fongicide, mais tout de même une augmentation de 264 kg/ha et 461 kg/ha lorsqu’il était additionné aux régies de 205 et 240 kg N/ha respectivement. Sur le site de recherche, c’est l’azote qui est l’élément le plus limitant, avec des différences de rendement et de rentabilité significatives en comparaison du traitement standard à 170 kg N/ha. Du côté de l’équipe R&D d’Agrocentre, l’ajout d’un fongicide permet d’augmenter le rendement d’un peu plus d’une demi-tonne par hectare en moyenne, et semble être un facteur aussi important, sinon plus, que l’azote pour l’atteinte d’un rendement optimal.

Conclusion

Notre expérience de la Quête ,jusqu’à maintenant,nous a appris que le choix d’un hybride bien adapté à la régie et aux conditions de sol de la ferme demeure le premier facteur à considérer. Il a un impact plus important sur le rendement que l’augmentation du taux de semis. Il semble également que l’azote est souvent un facteur limitant : il faut ajuster la dose en fonction du type de sol, de la date de semis et de la population semée, et généralement fertiliser au-delà de la valeur de référence dans les zones à haut potentiel de rendement. 

Pour plus de détails sur la Quête 2017, ou pour voir ce que le semis à taux variable a donné comme résultats dans le soya, visitez notre site internet http://www.agrocentre.qc.ca ou la page Facebook Quête du rendement !


El Niño, La Niña et nous

El Niño, La Niña et nous La météo arrive sans surprise au premier rang des préoccupations en agriculture. Elle a un


À propos du PAEF

Depuis 20 ans déjà que la réglementation québécoise exige que les épandages de matières fertilisantes soient planifiés à


Démystifions les adjuvants

À chaque année, lorsque vous vous apprêtez à faire une bouillie pour arroser un champ, vous vous demandez pourquoi