Les bienfaits des engrais verts

Les cultures intercalaires et les cultures couvre-sol augmentent la diversité du système cultural et améliorent l’utilisation de ressources comme la lumière, la chaleur et l’eau. Alors que les cultures intercalaires sont implantées avec la culture principale, un engrais vert semé à la dérobée, ou comme culture de couverture, est généralement implanté après une culture récoltée tôt.

Avant de se lancer dans les engrais verts, il est essentiel de se poser les bonnes questions, afin de choisir les bonnes plantes, et le bon moment d’implantation.

Quel est le but recherché ? Est-ce de structurer le sol, le fertiliser, augmenter sa teneur en matière organique ? Veut-on combattre les mauvaises herbes, ou optimiser l’utilisation de l’azote ? 

Alors que certains diront qu’une espèce ou deux sont suffisantes, d’autres suggèreront d’en choisir 5-6 et les plus audacieux vous diront qu’entre 13 et 17 espèces c’est encore mieux.

En ce qui me concerne toute ces réponses sont bonnes, il faut juste déterminer dans quelles conditions se fera l’implantation, à quel moment, et connaître les cultures qui précèdent et qui suivent l’engrais vert. On veut en effet éviter d’augmenter le risque de maladie ou d’insectes en choisissant une espèce hôte ou de la même famille que la culture à venir, et tenir compte aussi du possible effet allélopathique de l’engrais vert.

En intercalaire dans le maïs, je favorise un minimum de 4 à 6 plantes différentes (3 familles et 2 espèces de chacune). Par contre, en couverture de sol après une céréale, je préfère y aller avec 13 à 17 plantes différentes en mélange (4 à 5 familles et 3 à 4 espèces de chacune).

Le choix de leur implantation dans la rotation doit donc répondre à un ou plusieurs objectifs.

 

Effet physique :

Le système racinaire fasciculé des graminées améliore la porosité du sol et maintient une structure grumeleuse qui aident à limiter la battance et le tassement, et favorisent un enracinement profond des plantes cultivées. D’autres espèces aux racines pivotantes imposantes et profondes améliorent le drainage de surface et peuvent accélérer le réchauffement du sol. 

 

Effet chimique :

Certaines espèces sont reconnues pour leur production abondante de biomasse (brassicacées) et apportent au sol de la matière organique très fermentescible (peu lignifiée), qui en se décomposant consomme de l’oxygène et crée un phénomène de réduction qui déstabilise les minéraux sous forme oxydée et les rend plus facilement assimilables pour la culture suivante.

 

Effet biologique :

Les engrais verts améliorent l’activité biologique intense du sol en nourrissant les micro-organismes qui s’y trouvent. Ceci est particulièrement vrai quand ils sont détruits tôt (avant floraison), parce que la matière organique apportée par l’enfouissement de jeunes tissus végétaux est essentiellement composée de sucres et d’azote organique, facilement utilisables par les micro-organismes du sol. Par leur activité biologique intense, les micro-organismes du sol vont synthétiser du « mucus » microbien qui joue le rôle de « colle » organique. Elle va permettre l’agrégation des particules minérales du sol et favoriser une structure grumeleuse, propice au bon développement des cultures.

 

Effet désherbant : Les engrais verts limitent le développement des adventices, d’autant plus si leur croissance est rapide et leur pouvoir couvrant important. Par exemple, une culture de seigle ou d’avoine peut aider sur des terres envahies par le chiendent, en compétitionnant pour les ressources disponibles. De plus, certaines plantes, comme le sarrasin ou la moutarde, ont un pouvoir désherbant (allélopathique et physique) et laissent des terres propres.

 

Effet sanitaire :

Par la diversification de la rotation, les engrais verts peuvent diminuer la pression des maladies et parasites tant que les espèces choisies ne font pas partie des mêmes familles que les cultures principales.

Il y aurait encore tant à dire sur le sujet... mais tentez l’expérience, vous serez surpris de tous les bénéfices que peut vous apporter le fait de travailler avec du VIVANT !


L’importance de collaborer aux parcelles de variétés

Certains aiment en faire, d’autres non... assurément, le projet d’implanter une parcelle de variétés ne fait pas


La récolte s’en vient, avez-vous pensé à vendre un peu de grains ?

Malgré des saisons en dents de scie, depuis trois ans, les rendements ont généralement été au rendez-vous au Québec.


Démarreurs liquides : les précautions à prendre

Lorsque l’on parle de démarreur liquide, il faut distinguer deux types de placement. Le premier est le fameux pop-up


Les traitements de semences et la règlementation

La loi En février dernier ont été rendues publiques, dans la gazette officielle du Québec, des modifications au


Virage numérique : AgConnexion, pour des décisions plus rentables

Dans le cadre de son virage numérique, La Coop fédérée lance AgConnexion, qui est une plateforme intégrée pour


En amélioration continue

Saviez-vous que le programme de recherche Zone Performance fête ses vingt ans cette année ? Que de progrès réalisés


L’agriculture de précision 2.0 ANALYSE + BIG DATA

Nous avons parlé du big data ces dernières années tout en cherchant à en définir les avantages pour l’agriculteur.


De la performance du laboratoire jusqu’au champ

L’année 2019 sera assurément remplie de défis et nous continuons nos efforts pour mettre en marché des variétés aux


Coup d’oeil sur les céréales d’automne !

Les avantages d’inclure les céréales d’automne aux rotations ne sont plus à démontrer ; répartition des travaux aux


De nouveaux outils pour vous aider à relever vos défis de production

Pensez à la culture de soya qui vous a donné le rendement le plus élevé jusqu’ici. Peut-être que les pressions liées aux


Chanvre industriel

Lorsque l’on évoque le chanvre par les temps qui courent, c’est surtout au cannabis récréatif ou médicinal que l’on