Édition Horticole 2016

L’Agrocentre Lanaudière est une entreprise qui se distingue en production maraîchère depuis plusieurs années. Nous sommes dans un secteur où la production maraîchère est présente et où les enjeux sont nombreux et importants. Nous offrons donc un service-conseil personnalisé afin que les producteurs maraîchers obtiennent des rendements optimaux dans leurs cultures. Nous avons développé une expertise afin d’être présents dans toutes les étapes de la production maraîchère. À cet effet, un nouveau département d’aide aux ventes a été créé afin d’assister les producteurs dans les différentes étapes de production.

Les semences qu’il vous faut

Tout d’abord, l’Agrocentre Lanaudière est un fournisseur de semences de légumes Seminova. Nous suggérons au producteur des variétés de semences en tenant compte de sa régie de culture, son type de marché et du type de sol. Plusieurs nouvelles variétés sont commercialisées chaque année et les producteurs sont à l’affût des nouveautés et souhaitent faire des essais au champ. Nous suivons ces essais avec eux tout au long de la saison, pour voir si ceux-ci conviennent au marché du client.

Des outils de suivi personnalisés

Nous offrons également le service de PAEF (plan agroenvironnemental en fertilisation). Ce service permet au représentant d’avoir toutes les informations nécessaires afin d’établir un plan de culture avec le producteur et ainsi, faire une fertilisation personnalisée. Le PAEF nous renseigne sur les besoins à combler de la culture selon le champ où elle sera implantée. On y retrouve également la rotation des cultures des années précédentes, ce qui permet de faire un bon plan de cultures chaque saison. Le PAEF peut ensuite servir de guide au producteur afin de respecter les recommandations de son représentant.

Dans les régions de Laval, des Laurentides et de Lanaudière, les textures de sol sont des enjeux à ne pas négliger. Plusieurs producteurs doivent s’adapter à une multitude de types de sol sur une même parcelle et adapter leur régie en conséquence. Ils produisent différentes cultures annuellement. Par exemple, ayant quelques producteurs en terre noire, nous avons fait ajouter le C/N sur l’analyse de sol, car ce ratio a un impact sur la disponibilité des éléments dans le sol. Nous pouvons donc ajuster la fertilisation selon le sol et la culture produite.

L’agriculture de précision : pour appliquer les bons taux aux bons endroits

Depuis quelques années, l’enjeu du coût des terres est une problématique dans la région. Le prix des terres est exorbitant et la superficie disponible est limitée, c’est pourquoi l’agriculture de précision devient une avenue intéressante pour l’avenir. L’Agrocentre Lanaudière développe actuellement le secteur de l’agriculture de précision qui deviendra une nécessité pour plusieurs producteurs. L’agriculture de précision permet d’avoir un taux de semis plus précis et une meilleure gestion des applications de chaux et d’engrais minéraux permettant de diminuer les coûts de production et d’augmenter les rendements. Cela permet aussi de mieux exploiter chaque partie d’un champ et d’adapter les besoins de la culture afin d’en tirer un rendement optimal. Un bilan des terres de l’entreprise est réalisé grâce à des analyses de sol géoréférencées qui sont faites dans des zones de gestion précises. Par la suite, un satellite prend des images par réflexion infrarouge sur la densité du couvert végétal qui seront accumulées sur plusieurs années afin d’augmenter la précision. Toutes ces étapes nous permettront de réaliser des cartes de prescription qui permettront d’appliquer les bons taux aux bons endroits.

Une équipe de dépistage et de suivi des cultures

Les enjeux environnementaux sont, de nos jours, des sujets d’actualité dont il faut tenir compte, entre autres à ce qui a trait à l’application de pesticides. La région de Lanaudière est un vaste territoire et les producteurs maraîchers se doivent d’avoir un souci de l’environnement pour un développement durable de l’agriculture. L’Agrocentre Lanaudière est la première entreprise à avoir une équipe d’aide aux ventes à l’année. Cette équipe s’occupe entre autres de former les dépisteurs(es) et du suivi des cultures. L’Agrocentre a été la première entreprise de la région à installer des pièges à cécidomyie du chou-fleur et à faire un suivi rigoureux de cet insecte problématique depuis son apparition. Les champs sont dépistés minutieusement une à deux fois par semaine, selon le type de culture, ce qui permet aux producteurs d’être au courant des problématiques et de traiter, s’il y a lieu, plutôt que de traiter de façon systématique comme dans le passé. Les producteurs sont conscients qu’ils doivent offrir un produit de qualité tout en adhérant à un principe d’agriculture raisonnée. En faisant un suivi hebdomadaire, le producteur peut corriger la situation rapidement et augmenter ses rendements en limitant la propagation du problème. Les dépisteurs font leur rapport au producteur et au représentant immédiatement après la visite des champs. Le représentant peut donc faire ses recommandations rapidement.

La R et D et l’innovation

Depuis plusieurs années, l’entreprise fait des parcelles de recherche et développement sur des projets d’innovation technologique avec plusieurs collaborateurs. Citons par exemple les biostimulants que nous testons dans différentes cultures.

Agrocentre, un incontournable en production maraîchère

En terminant, le territoire géographique couvert par l’Agrocentre Lanaudière est diversifié tant au niveau des textures et structures de sol que par les cultures et la température (UTM). D’importants enjeux sont présents à toutes les étapes de la production maraîchère et c’est dans cette optique que l’Agrocentre Lanaudière s’est adapté au fil des années afin de répondre aux besoins des producteurs agricoles tout au long de la saison, des semences à la récolte. L’Agrocentre Lanaudière restera toujours à l’affût des nouveautés et des changements dans le secteur agricole. Nous avons à cœur le succès de nos producteurs. C’est pourquoi la mission de l’Agrocentre est d’être un incontournable en production maraîchère.

L’an dernier, dans cette même chronique, je vous parlais de taux de change. Cette année encore, ce sujet est toujours d’actualité. Effectivement, l’année 2015 a été, somme toute, très bonne pour la plupart des producteurs maraîchers. Le taux de change a été un facteur important de ce succès. Maintenant, si on se tourne vers la prochaine saison et qu’on se demande de quoi elle aura l’air, on peut penser que les conditions sont rassemblées pour qu’elle soit remplie de succès. Le taux de change, pour le moment, est encore plus avantageux que l’an dernier pour favoriser les exportations. Nos producteurs exportateurs ont en général d’excellentes relations d’affaires avec leurs clients américains. De plus, la qualité des légumes que nous exportons est très belle et nous n’avons rien à envier à nos compétiteurs américains. Pour les producteurs qui se concentrent à vendre leurs produits au Québec, le marché local devrait être moins engorgé par des produits américains puisqu’à cause du taux de change, ceux-ci coûteront plus cher pour être importés.

En attendant que ces perspectives se réalisent, on peut se demander quoi faire si la saison 2016 s’avère profitable à nouveau. Je dirais qu’il faut profiter des bonnes années pour se préparer pour le futur. Il faut penser à améliorer son efficacité en cherchant des innovations qu’on peut adapter à notre ferme. La dernière chose à faire est de penser que les prochaines saisons seront toujours aussi bonnes et qu’on n’a pas besoin de s’améliorer. Dites-vous bien qu’autour de vous, il y a des producteurs qui avancent et qui cherchent toutes sortes de moyens de se positionner pour les années à venir et mieux répondre aux besoins du marché.

Avec une saison 2015 qui fut en dent de scie (mai ; chaud et sec, juin ; froid et humide), le sujet des biostimulants est toujours d’actualité !

Le réseau Agrocentre offre aux producteurs un coffre à outils très varié en matière de biostimulants. Notre gamme d’engrais foliaire présentant le complexe ENC (Nutrient Concentrate) est spécialement conçue pour une absorption rapide et contient divers ingrédients organiques. Certains d’entre eux (vitamines et extraits d’algues par exemple) favorisent la croissance tant racinaire que végétative, alors que d’autres ingrédients (acides aminés) permettent à la plante de croître normalement lors d’une période de stress. Cette gamme offre actuellement deux produits : Ele-Max® 11-8-5 et K-Leaf® 0-0-30.

Ele-Max® est un amplificateur (booster) avec éléments mineurs, offert depuis 2014. Durant ces deux saisons, nous avons constaté sa grande efficacité sur les cultures stressées. Il peut également rentrer dans votre programme d’applications (aux 2-3 semaines), afin de prévenir les carences et d’augmenter la performance lors de la période de fructification.

K-Leaf® est un amendement potassique présentant une grande stabilité en mélange. Il corrige rapidement une carence en potassium tout en apportant les bienfaits de son complexe organique. Il favorise également le mûrissement des fruits lorsque appliqué au stade fruit vert et favorise la finition de plusieurs cultures.

Notre gamme ENC permet aux plantes de mieux résister aux stress et d’optimiser leur performance. Une plante en santé sera mieux outillée à donner son 100 % surtout lors des sautes d’humeur de dame Nature ! Alors, mettez toutes les chances de votre côté avec le coffre à outils du réseau Agrocentre !

Depuis quelques années, l’ajout de mycorhizes, soit par un traitement de semences dans la carotte et l’oignon ou appliqué dans le sillon ou sur le planton dans le cas des pommes de terre, semble gagner de plus en plus d’adeptes. Mais est-ce que ces champignons sont véritablement bénéfiques pour vos cultures ?

Par définition, le mot mycorhize signifie champignon-racine. Ce sont des champignons qui forment une relation symbiotique avec une plante. En germant dans le sol, les spores produisent des filaments qui coloniseront les racines de la culture. La plante fournit au champignon des hydrates de carbone et des sucres alors que la mycorhize fournit à la plante une meilleure absorption de l’eau et des éléments nutritifs. Les études démontrent que les mycorhizes augmentent l’absorption des éléments nutritifs par la plante de 100 à 1000 fois. Ceci se traduit par des plants qui sont plus vigoureux et en meilleure santé leur permettant de mieux résister aux stress environnementaux (sécheresse, salinité, attaque par des agents pathogènes...). Les mycorhizes permettent aussi d’activer les mécanismes de réaction de défenses des plantes. On les compare à un réseau souterrain de communication, comme Internet, qui permet d’avertir les plantes environnantes des attaques imminentes, ce qui leur donne le temps de monter leurs propres défenses chimiques afin de prévenir les infestations.

Le réseau Agrocentre étudie l’impact des mycorhizes sur les fermes de producteurs horticoles de carottes, d’oignons et de pommes de terre depuis déjà trois ans. Les résultats que nous vous présentons sont concluants et sauront vous convaincre d’ajouter des mycorhizes.

Carotte

L’ajout de mycorhizes en production de carottes a un impact sur la biomasse du feuillage, la vigueur du plant ainsi que sur l’uniformité d’émergence des plantules. Les essais que nous avons réalisés sur des fermes du Québec ont démontré qu’en moyenne il y a une augmentation du développement foliaire de 7 % comparativement aux carottes n’ayant reçu aucun traitement, ce qui se traduit par une augmentation de carottes récoltées de l’ordre de 24 %.

Oignon

Dans la production d’oignons, bien que l’ajout de mycorhize ait un impact sur la croissance et sur la résistance au stress, c’est au niveau de la semence prégermée dans les variétés hâtives comme le Highlander et Norstar que les résultats ont été les plus concluants. En effet, le plus grand avantage observé est l’uniformité du stade et le développement foliaire. Pour ce qui est du rendement, pour ces deux variétés hâtives en particulier, le traitement avec mycorhize a généré de 2 à 7 % d’augmentation de rendement.

Pomme de terre

Peu importe la variété ou le marché (table, croustilles, frites), l’ajout de mycorhize fait toute la différence. De 2012 à 2015, avec 69 essais en champs chez des producteurs de Lanaudière, les parcelles traitées ont obtenu, en moyenne 10,1 % plus de rendement (+ 40 quintaux/acre) et 90 % de ces quintaux supplémentaires étaient de calibre « Chef ». Ceci s’explique par un meilleur développement du système racinaire ainsi que d’une augmentation du nombre, du calibre et de l’uniformité des tubercules.

En terminant, à la lumière de nos essais il est permis de croire que les inoculants mycorhiziens sont là pour rester. Que ce soit lors de la production de transplants, au semis ou lors de la transplantation, les mycorhizes vous donneront un net avantage. Communiquez avec votre représentant Agrocentre pour en connaître plus.

Carrière

Nous Joindre

English