Parlons « grains »

Les grandes questions de la récolte 2014

Difficile de savoir ce que seront les récoltes cette année. Après un début exceptionnellement tardif dans la plupart des régions, la météo aura permis un rattrapage intéressant dans de nombreux cas. Par contre, certains secteurs restent encore en difficultés. On peut s’interroger aussi sur le développement des cultures qui, avec les semis tardifs, laisse entendre que les récoltes pourraient être retardées de 1 à 2 semaines selon les régions.

Selon les derniers chiffres de Statistique Canada, ce qui ne fait aucun doute, c’est cependant que la récolte de soya sera très importante cette année, et ce, au détriment de celle de maïs qui pourrait très bien atteindre pour sa part un creux inégalé depuis 2011, voire même 2009.

Ce contexte, après deux années d’importantes récoltes de maïs, soulève plusieurs interrogations :

Manquera-t-il de maïs cette année au Québec ? Avec des superficies ensemencées en maïs à leur plus bas depuis 1998, un début de saison tardif et des rendements encore bien incertains, il y a lieu de se demander si la production sera suffisante pour répondre à la demande cette année. De manière générale, on sait que bon an mal an, la consommation de maïs tourne autour de 3 millions de tonnes au Québec. Or, suivant de premiers estimés sommaires, on peut s’attendre pour le moment à ce que la production québécoise peine à franchir le cap de 3,1 à 3,2 millions de tonnes. Reste à voir maintenant si les inventaires de l’ancienne récolte et les importations estivales de maïs américain et ontarien auront été suffisamment importants pour offrir un coussin suffisant pour débuter la prochaine année commerciale. Mais, dans tous les cas, il y a fort à parier que nous serons serrés et que, en ce sens, la valeur de la « base » cherchera à rester forte, particulièrement si le dollar canadien poursuit son recul et le marché du maïs à la bourse également.

Est-ce que le prix du maïs reculera ou non de manière importante cet automne ?

Considérant le manque d’intérêt « vendeur » des producteurs en réaction à l’important recul du prix depuis le printemps dernier, il faudra très possiblement que les acheteurs « gonflent » le prix pour les inciter à vendre à la récolte. Toutefois, il faut prendre note aussi de la récolte exceptionnelle de soya qui pourrait bien, si elle chevauche celle du maïs en octobre, forcer plus de producteurs qu’à la normale à vendre aussi du maïs à ce moment. Il est donc possible que, malgré une récolte de maïs beaucoup moins importante cet automne, il y ait quand même une pression à la baisse sur le prix. Par contre, à moins qu’il y ait davantage d’importations au cours de l’automne et de l’hiver, il y a fort à parier que la base reprendra par la suite du tonus.

Peut-on s’attendre à avoir des difficultés de livraison à la récolte ? Si la récolte de soya chevauche celle de maïs, il se peut en effet très bien que les acheteurs aient plus de difficultés à prendre livraison le temps d’ajuster leurs installations. Il faut aussi penser que la récolte elle-même de soya devrait atteindre un niveau record jamais vu. Selon les acheteurs et leurs capacités de réception, il pourrait donc être plus difficile de livrer en tout temps. Le mieux reste donc de prévoir et d’organiser à l’avance avec ses acheteurs le moment où on prévoit livrer son grain.

N’hésitez pas comme toujours à nous contacter pour vous informer des prix, et aussi commencer à prévoir et évaluer la stratégie que vous prendrez à partir de la récolte pour mettre en marché vos grains.

Carrière

Nous Joindre

English