Bulletin #12 : 1er avril 2010

Retour à la liste

Mise à jour sur le marché des fertilisants 

Azote :

Nous connaissons une accalmie probablement momentanée dans le marché de l’urée au niveau mondial. L’Inde qui habituellement présente à ce temps-ci de l’année est absente sur les marchés. Cette absence ce fait sentir par un ralentissement sporadique de la demande pour l’urée si bien que le prix mondial s’est corrigé légèrement par rapport aux sommets que nous avons connus en début d’année. La rumeur se fait persistante à l’effet d’un retour de l’Inde dans l’équation de la demande à plus ou moins court terme. 

Autre facteur important : le retard sur les ensemencements aux USA ce qui par le fait même reporte les applications d’azote. Les conditions humides qui prévalent un peu partout chez nos voisins du sud sont à l’origine de ces retards.

Nous anticipons une hausse de l’urée si la demande revient rapidement d’ici la période des ensemencements. Il se peut qu’il y ait une baisse une fois notre période de semis terminée. 

Du côté des autres sources d’azote, tel le CAN et le nitrate, il y a très peu de mouvements et les prix demeurent stables.

Phosphore : 

Sur l’échiquier mondial, la demande demeure ferme pour les produits à base de phosphore. La demande, stimulée par les acheteurs en Inde et en Amérique centrale, demeure ferme si bien que les prix sont élevés et stables. Aucune baisse prévue sur ces marchés d’ici la période des semis. 

Autre facteur : le prix du soufre. Cet élément, essentiel à la fabrication des fertilisants phosphatés, se fait rare, donc son prix est élevé, contribuant à maintenir le prix de ces produits.

Potasse :

Toujours au niveau international, le prix de la potasse devrait se maintenir aux niveaux actuels d’ici la fin du printemps. 

Mondialement, la demande est stable et ferme et plusieurs grosses commandes ont été confirmées par des acheteurs tels que l’Inde, notamment. 

Dollar canadien : 

La force du dollar canadien se maintient : il s’est transigé au-dessus de 0,99 $ et semble vouloir rester au-dessus de la barre des 0,98 $, ce qui est bon signe pour nos approvisionnements futurs. 

Conclusion : 

Rien de nouveau selon la tendance exprimée sur les marchés mondiaux depuis des mois. La demande est ferme et stimulée principalement par les besoins en phosphore et potasse. 

Tous les intervenants croient que les agriculteurs voudront ajuster et balancer le niveau de fertilité des sols afin de compenser pour les faibles quantités appliquées ces dernières années suite aux prix élevés de fertilisants que nous avons subits.

Bon printemps !

Fin du message

Carrière

Nous Joindre

English