Édition horticole 2017

Stratégies de lutte contre un ravageur primaire dans l’oignon

La culture de l’oignon est une production considérable au Québec, particulièrement dans les terres noires de la Montérégie Ouest. La culture de l’oignon est affectée principalement par trois insectes : la mouche des semis (Delia platura), la mouche de l’oignon (Delia antiqua) et le thrips (Thrips tabaci). La mouche de l’oignon est un problème majeur et peut contribuer à des pertes très variables selon la saison et les traitements appliqués. Trois stratégies de luttes sont couramment utilisées pour contrer la mouche de l’oignon : le Lorsban 15G, le Trigard 75 WP, la mouche stérile ainsi que Sepresto 75WS.

Delia antiqua peut avoir jusqu’à trois cycles complets dans une saison de croissance de la culture, mais c’est la première génération qui est la plus dévastatrice, au moment où l’oignon est encore à un jeune stade de développement. Les larves se creusent un chemin à partir de la base, ce qui va mener au flétrissement de la plante. Plus tard en saison, à un stade plus avancé, l’oignon peut survivre à des attaques subséquentes.

Le Lorsban 15G, un insecticide granulaire appliqué au semis, permet de minimiser l’impact de la mouche de l’oignon, mais celui-ci perd de l’efficacité avec les années. De plus, la matière active du Lorsban 15G, le chlorpyrifos, est visée par le plan de travail de réévaluation pour son homologation. Le Trigard 75 WP est utilisé en traitement de semence, mais sa matière active, le cyromazine, fait aussi l’objet du plan de travail de réévaluation. De plus, des effets phytotoxiques ont été observés lorsque appliqués en traitement de semences. La mouche de l’oignon stérile est une méthode de lutte alternative mise en place en 2005 par le PRISME consortium. Il s’agit de mouches mâles qui sont élevées en usine et qui sont irradiées par des rayonnements ionisants les rendant stériles. Une poudre rose est appliquée sur les pupes qui seront envoyées au champ. Ces pupes se transforment en mouches adultes, puis celles-ci compétitionnent avec les mâles naturels pour féconder les mouches femelles. Lors de la fécondation avec un mâle stérile, les œufs ne seront pas fertilisés, ce qui fait en sorte de réduire la population de l’ennemi. Le taux d’introduction des mouches stériles varie selon la pression des mouches et cette dernière a tendance à diminuer les années suivant le début de son utilisation.

L’insecticide Sepresto 75 WS est homologué en traitement de semence depuis 2015 dans la culture d’oignon. Cet insecticide est efficace contre la mouche des semis, la mouche de l’oignon et même les thrips. Ses matières actives sont le clothianidine et l’imidaclopride qui font partie de la famille des néonicotinoïdes. Depuis le début de l’homologation du Sepresto 75 WS, le réseau Agrocentre se dévoue dans des essais comparatifs entre différents traitements de semences. L’objectif général de l’entreprise était d’observer l’effet de Sepresto 75 WS sur la semence lorsque celui-ci est seul et combiné à la mycorhize. Nous avons effectué quatre types de traitements : le témoin, le Sepresto 75 WS, le Sepresto 75 WS avec la mycorhize et la mycorhize seule. Nos observations au cours de la saison se résument à l’observation de la croissance des plants selon chaque traitement, le suivi de l’attaque de la mouche de l’oignon et la calibration des bulbes en fin de saison.

En début de saison, nous avons observé la levée de la culture ainsi que sa croissance jusqu’au stade six feuilles afin de voir s’il y avait une différence selon le traitement apporté à la semence. De manière générale, la vitesse de croissance varie entre les traitements de semences. Le stade le moins avancé en début de saison rattrape les plus avancés au stade six feuilles. En fin de saison, nous avons calibré les bulbes et avons observé que le traitement témoin offre des rendements uniformes, c’est-à-dire que tous les calibres sont présents à un pourcentage similaire, sauf le calibre jumbo qui se démarque avec près de 30 %. Par contre, ce n’est pas nécessairement ce que les producteurs recherchent. Il est beaucoup plus avantageux d’avoir un format de calibre très homogène et d’avoir un faible pourcentage des autres calibres. Il est possible d’observer qu’il y a moins de calibre moyen dans les traitements Sepresto 75 WS + Mycorhize et Sepresto 75 WS que pour le témoin, ce qui est davantage recherché par les producteurs.

Finalement, bien que la pression de la mouche de l’oignon ait été relativement faible cette année, nous allons continuer d’observer les effets de cet insecticide en traitement de semence puisque son homologation est récente. Il faut non seulement tenir compte de son effet sur le ravageur, mais aussi ses possibles effets sur la semence et la germination. D’après les résultats ci-dessus, le Sepresto 75 WS seul et celui combiné à la mycorhize, offre un rendement plus intéressant dans le calibre colossal et jumbo que le traitement témoin. Le calibre gros est très uniforme pour les trois traitements et le témoin a davantage de calibre moyen que les autres traitements observés. Le Sepresto 75 WS est un produit phytosanitaire mis de l’avant par Agrocentre, lorsque requis et nous encourageons aussi l’agriculture raisonnée incluant l’utilisation de mouches stériles. 

 

La gestion du phosphore peut s’avérer problématique en fonction du niveau de saturation des sols en cet élément. C’est pourquoi le réseau Agrocentre offre aux producteurs des outils variés, dont les engrais solubles de la gamme Van Iperen avec la technologie IPE (efficacité accrue des phosphates). Dans cette gamme d’engrais soluble, nous retrouvons des acides humiques, les fertilisants NPK et la technologie IPE.

Les phosphates sont facilement fixés dans les sols selon la quantité de fer et d’aluminium, le pH et le type de sols et ainsi, peuvent devenir indisponibles pour les plantes. La technologie IPE des engrais solubles Van Iperen augmente la quantité de phosphates disponibles pour la culture. La présence des acides humiques permet de libérer les phosphates fixés dans le sol et empêche la fixation de ceux-ci apporté par les fertilisants. De plus, les acides humiques contenus dans le fertilisant soluble permettent une meilleure disponibilité des éléments mineurs. La gamme Van Iperen, avec la technologie IPE, est sans risque de précipitation lors des mélanges avec d’autres produits, pour la fertigation des cultures, même si le sol a un pH alcalin ou acide. Il n’y a donc pas de risque d’obstruction des systèmes d’irrigations, contrairement à d’autres fertilisants solubles qui contiennent des acides humiques.

La gamme Van Iperen avec la technologie IPE offre, entre autres, la formule 21-13-21 + TE + IPE qui peut remplacer la formule 20-20-20 et les formules 15-21-15+IPE et 6-9-32+IPE.

Avec la présence d’acides humiques dans les fertilisants solubles, les plantes pourront donner leur plein potentiel si elles ont accès plus facilement à des éléments nutritifs qui seront davantage disponibles à chaque fertigation au courant de la saison.

C’est bien connu, l’utilisation des traitements de semences permet une protection préventive contre les ennemis des cultures. Le fongicide Thiram 75 WP est très utilisé dans les cultures de fruits et de légumes contre des maladies comme la pourriture de la semence, la brûlure des plantules et la fonte des semis. La matière active de ce produit, le thirame, agit à plusieurs sites dans l’organisme du pathogène et elle inhibe plusieurs fonctions essentielles chez le champignon. De ce fait, le thirame est abondamment utilisé puisqu’il est peu susceptible de développer des résistances, il est accessible à faible coût et homologué dans plusieurs pays.

En 2016, l’Agence de réglementation de lutte antiparasitaire (ARLA) de Santé Canada a émis un projet de décision de réévaluation en ce qui concerne le thirame. Ce dernier présenterait un niveau de toxicité aiguë et des effets à long terme élevés pour les mammifères, qui dépassent les valeurs de références. Il faut savoir qu’il y a deux modes d’emploi de la matière active, soit l’application foliaire et l’application sous forme de traitement de semence. Ces deux modes d’emploi n’ont pas le même effet sur l’environnement, l’homme et les espèces non ciblés. Le retrait de l’homologation du thirame au Canada pourrait avoir de gros impacts sur les fournisseurs de semences américains puisqu’ils auraient à faire un inventaire séparé pour les semences exportées vers le Canada. Selon l’American Seed Trade Association (ASTA), il s’agirait d’un gros désavantage pour les producteurs canadiens puisque les fournisseurs pourraient limiter le nombre de variétés et la quantité offerte.

Bref, une décision concernant la réévaluation du thirame est attendue en juin 2018. D’ici là, la question persiste à savoir si d’autres alternatives seront possibles en plus d’être aussi efficaces, dans un avenir rapproché. 

Depuis un peu plus de 10 ans, les superficies cultivées sous accréditation biologique ne cessent d’augmenter, autant en grandes cultures quand cultures maraîchères. Chez ces dernières, le modèle de mise en marché de la récolte est souvent selon la formule des paniers bios vendus directement à la clientèle. Cependant, quelques acheteurs importants pour les agriculteurs maraîchers demandent présentement un approvisionnement de masse en légumes biologiques. Plusieurs producteurs ont commencé leur virage de régie afin de répondre à ce nouveau marché.

Le réseau Agrocentre a toujours eu pour mission de participer à l’évolution des entreprises agricoles québécoises et de les conseiller dans l’atteinte de leurs objectifs. C’est pour cette raison que le réseau s’est doté d’une gamme de produits biologiques et que nous cherchons toujours à l’augmenter. Ces produits, accrédités Écocert ou OMRI, travaillent sur différents aspects des cultures et s’utilisent tout au long de la saison.

Tout d’abord, il y a les biostimulants qui favorisent la croissance racinaire et végétative des plants. En favorisant un meilleur système racinaire, les plants absorbent plus de nutriments et résistent mieux aux stress hydriques. Ces produits apportent également à la plante des hormones de croissance de sources végétales, donc facilement absorbables.

Un autre type de biostimulant a son influence sur la structure du sol où s’implantent les racines. Je vous parle ici de l’acide humique, qui travaille comme une éponge en retenant les éléments nutritifs. Ce type de biostimulant est déjà très connu en Europe et de plus en plus utilisé ici. L’acide humique a également l’avantage de libérer des nutriments fixés dans le sol, augmentant ainsi les éléments nutritifs disponibles à la culture.

En complémentarité aux biostimulants, nous offrons des produits à base de champignons. Ces derniers travaillent soit en symbiose avec les plants en augmentant leur masse racinaire, soit en réduisant la charge du sol en champignons néfastes.

Également contre les pathogènes du sol, plusieurs produits à bases de bactéries aident la culture à résister à leurs attaques. Premièrement, en colonisant le substrat près des racines, ce qui crée une présence de microorganismes bénéfiques qui entrent en compétition avec ceux qui sont indésirables. Deuxièmement, en parasitant directement certains pathogènes, ce qui diminue considérablement l’incidence de maladies.

D’autres produits à base de bactéries peuvent être utilisés pour diminuer les populations d’insectes nuisibles. Ces produits affectent uniquement les larves de certains insectes en paralysant les parties buccales et le tube digestif. Ces bactéries doivent être ingérées pour être efficaces, donc les insectes prédateurs ne sont pas atteints.

Il existe aussi d’autres sortes de matières actives dont une, pouvant être employée durant la saison, est constituée de minéraux concentrés. Ces produits sont souvent utilisés sur les maladies foliaires pour diminuer la propagation des bactéries ou des champignons. La fermentation de divers composés peut également servir de matière active, car elle inhibe le développement des agents pathogènes ciblés. Des extraits de plantes, comme la pyréthrine, sont également proposés pour lutter contre divers insectes nuisibles.

Le réseau Agrocentre cherche toujours à offrir un grand coffre à outils pour l’ensemble des producteurs agricoles, toutes régies confondues. Notre gamme de produits biologiques agit sur les cultures de différentes façons, soit en aidant la plante à résister aux attaques qu’elle subit ou en diminuant les impacts négatifs de ces dernières. N’hésitez pas à communiquer avec votre représentant pour discuter de toutes les options qui s’offrent à vous !

Carrière

Nous Joindre

English