indice Orange 24 décembre 2014

À la mi-novembre 2014, le marché des fertilisants était peu volatil, mais connaissait tout de même quelques fluctuations avec de légères baisses et parfois de légères hausses. La tendance et les prédictions des experts, selon lesquelles le prix des fertilisants devait généralement être à la baisse, ont été contrées par un dollar canadien plus faible. Cela a influencé les prix qui sont demeurés quasi immobiles. On peut donc dire qu'à l'automne 2014, le marché était plat. 

Malgré le fait que plusieurs s’attendaient à voir une diminution du prix des fertilisants en ligne avec le prix des grains, la balance de l’offre et la demande mondiale en a soutenu le prix. Cet automne, les États-Unis et l’Ontario n’ont pas acheté tous les volumes de fertilisants prévus par les fournisseurs. Ces derniers cherchent maintenant le prix adéquat pour faire bouger les acheteurs. Mais, une fois ce prix trouvé, qui pourrait être assurément plus bas qu’aujourd’hui, la valeur du dollar canadien pourrait arrêter cette baisse qui serait vraisemblablement momentanée. En effet, dès que les acheteurs commenceront à se manifester, les fournisseurs seront tentés de remonter leurs prix au niveau actuel. Il y a encore de fortes probabilités que les marchés soient volatils d’ici le printemps 2015, mais qui dit « volatilité » dit aussi « baisse ou hausse ».

Il est encore trop tôt pour prédire ce qui se passera cet hiver, mais on est en droit de s’attendre à une certaine stabilité du prix des fertilisants. Il sera important d'observer la valeur de notre dollar, car elle sera à l'origine des fluctuations. Une chose est certaine, selon plusieurs, il est préférable d'avoir un dollar faible pour conserver le prix des grains haut même si cela en résulte en un prix des fertilisants élevé. Au final, cela est plus avantageux qu’un prix de fertilisants plus faible et un prix des grains faible, ce qui n'est définitivement pas souhaitable.

Ce texte a été rédigé à la mi-novembre 2014