L’écho du champ

Plusieurs régions du Québec ont eu droit à des épisodes de grêle au cours des derniers jours. Dans de nombreux champs, le maïs a été endommagé par les précipitations. Évidemment, ça pince le coeur de voir l’état des plants, après tout le travail, le temps et l’argent investi ! Rappelez-vous cependant qu’au stade actuel de la culture, si le point de croissance est intact (le plant n’a pas été trop touché à la base), une défoliation de 50% du plant diminuera le rendement d’à peine 6%.

L’important maintenant, c’est de protéger les cultures affectées contre des stress supplémentaires. Assurez-vous de contrôler rapidement les mauvaises herbes abondantes s’il en reste et choisissez des herbicides qui ne sont pas stressants pour les cultures.

Dans le maïs, une application de fongicide à petite dose pourrait limiter l’infection des blessures par le charbon. Par contre, si vous n’envisagez pas d’appliquer des fongicides deux fois, une application au stade VT permettra sans doute une plus grande augmentation de rendement. Il faut aussi considérer la surface foliaire restante pour déterminer si une application sur les feuilles est rentable ou non.

Dans le soya, les dommages sont probablement moins importants vu le stade moins avancé de la culture. Par contre, c’est un bon moment pour l’application d’un biostimulant à base d’acides aminés, comme le Mégafol, qui aidera à surmonter le stress des plants touchés, et qui pourra le limiter si par malheur de la glace tombe à nouveau du ciel !

Les conseillers du réseau Agrocentre sont là pour vous, n’hésitez pas à nous contacter.

Agrocentre Farnham recherche un(e) représentant(e) des ventes pour compléter son équipe. Partagez !

Les conditions pluvieuses du printemps n’ont pas permis, dans plusieurs régions, l’ensemencement de tout le blé qui était prévu à la rotation. Par contre, le blé semé est vraiment beau actuellement dans plusieurs champs visités.

Je publie donc quelques photos du blé Dagon, prises le 27 juin et le 7 juillet, dans différents champs. Le Dagon, nommé d’après le dieu des semences et de l’agriculture chez les Philistins, est un blé panifiable qui offre un très haut potentiel de rendement, un très bon poids spécifique et une excellente tenue.

Il démontre aussi une bonne résistance à la fusariose de l’épi, mais si les conditions climatiques sont humides, donc propices à l’infection par les spores au moment de la floraison et de la pollinisation, une application de fongicide aidera à conserver le potentiel de rendement de la culture. Le traitement, pour être efficace, doit être fait en début de floraison, stade qui ne tardera pas à être atteint si ce n’est déjà fait !

La suite dans quelques semaines, à la récolte !

Un article intéressant à lire sur GrainWiz, qui compare la saison 2012 à cette année, et les impacts sur le marché des grains.

L’Agrocentre Vinisol est membre du comité organisateur d’une journée d’information qui se tiendra le 1er septembre 2017 dans la région de Baie-du-Febvre. Lors de cette journée qui s’adresse aux producteurs, il sera question de l’amélioration des pratiques agricoles, incluant l’aménagement bandes riveraines, afin de favoriser une meilleure qualité de l’eau approvisionnant le lac Saint-Pierre. Voir les détails sur le document ci-joint. 


Agrocentre St-Hyacinthe est à la recherche d’un(e) candidat(e) pour combler le poste de contremaitre-répartiteur. Passez le mot !!

Agrocentre St-Hyacinthe est à la recherche de candidat(e)s au poste de conseiller(ère) en productions végétales. Ouvrez le fichier joint pour la description et autres détails. Passez le mot !!

Le 8 septembre prochain aura lieu une journée d’information organisée par l’Agrocentre St-Pie pour sa clientèle. Différents sujets d’intérêt agronomique sont au programme. Madame Josée Garceau, auteure du célèbre livre « La Cohabitation des générations » sera notre conférencière invitée. C’est à ne pas manquer. Veuillez contacter l’Agrocentre St-Pie au 450-772-2475 pour tous les détails.

Le 21 septembre aura lieu la Journée Zone Performance à Ste-Martine. Organisé par Croplan, en collaboration avec l’Agrocentre Fertibec, NK et Prograin, c’est un événement à ne pas manquer !

Agrocentre Fertibec est à la recherche d’un chauffeur classe 1. Ouvrez le fichier joint pour la description et autres détails. Passez le mot !!

La semaine prochaine commence la campagne de collecte des pesticides et des médicaments pour animaux de ferme et chevaux périmés d’AgriRÉCUP. Plusieurs Agrocentre y participent et vous pourrez rapporter vos produits périmés à l’Agrocentre Farnham le 19 septembre, à l’Agrocentre St-Hyacinthe le 20 septembre, chez Fertibec le 26 septembre, et à l’Agrocentre Vinisol le 27 septembre.

Consultez le site d’AgriRÉCUP pour plus d’informations : http://www.agrirecup.ca/pesticides_perimes_et_produits.html

 Agrocentre Fertibec est à la recherche d’un(e) responsable d’entrepôt pour sa division de semences de légumes, Seminova. Les détails sont décrits sur l’annonce ci-jointe. Une opportunité intéressante s’offre à vous ! Passez le mot !

Nous avons commencé à mettre en ligne des résultats de parcelles de soya 2017. Vous êtes curieux de voir les performances des différentes variétés en essai ? Téléchargez l’app Agrocentre de l’App Store ou de Google play et consultez la section « parcelles » à partir du menu principal, ou visitez le http://www.agrocentre.qc.ca/, au bas de la page d’accueil. Vous pouvez également vous inscrire à l’alerte automatisée sur notre site web et ainsi recevoir un courriel quand un nouveau résultat est disponible.

Les actionnaires d’Agrocentre St-Pie inc., Agrocentre Vinisol inc., Agrocentre Lanaudiere inc., Agrocentre St-Hyacinthe ainsi que Gestion KFY inc. étudient la possibilité de faire l’acquisition des équipements de Lanaupôle fibres pour le décorticage et la valorisation de la tige de chanvre.

Si l’entente se finalise selon les conditions de la lettre d’intention acceptée par les administrateurs de Lanaupôle, Agrofibres inc., la nouvelle entité ainsi créée, poursuivra les opérations de l’unité d’expérimentation du traitement de la tige de chanvre industriel actuellement située sur le site de Lavaltrie.

De plus, de concert avec Lanaupôle fibres, le volet recherche et développement y sera maintenu avec différents partenaires.

Lanaupôle fibres en fera partie et demeurera un maillon important du développement du secteur de la fibre végétale au Québec.

Le projet est sur la bonne voie et pourrait être finalisé d’ici la fin de l’année 2017 et si tout se déroule comme prévu une annonce subséquente sera faite pour l’officialiser.

 

Médias sociaux :

[agrocentre.qc.ca->http://www.agrocentre.qc.ca/]

Facebook : Le réseau Agrocentre

Twitter : @agrocentre

Les récoltes surprenantes que l’on connaît et le prix actuel plutôt bas font en sorte que les silos se remplissent, et qu’ils demeureront pleins pour quelques mois peut-être.

Voici quelques trucs pour un bon séchage et un bon entreposage du maïs :

  • Ne laissez pas du maïs humide passer la nuit dans un camion ou un wagon à grain ;
  • ​Mesurez l’humidité de chaque voyage mis au séchoir pour réinitialiser les commandes du séchoir selon la variation d’humidité et ainsi assurer une uniformité à l’entreposage ;​
  • Sachez que le maïs gagne environ 0,3 kg/hL par point de pourcentage d’humidité perdu, et qu’une faible température de séchage entraîne un meilleur gain de poids spécifique qu’une température supérieure à 65oC ;
  • Ajustez l’humidité après séchage visée en fonction de la durée d’entreposage planifiée (15% pour l’entreposage hivernal, 14% pour le stockage au printemps et en été, 13% pour le stockage d’un an ou plus) ;
  • Assurez-vous d’une ventilation adéquate dans le silo : il est important d’aplanir la surface des grains entreposés. La présence d’un cône augmente le temps requis pour uniformiser la température et l’humidité. Littéralement remplir vos silos à ras bord n’est donc pas recommandé !
  • Vérifiez régulièrement l’humidité et la température du grain entreposé pour vous assurer que tout se passe bien et que le grain se conserve jusqu’au moment de le vendre.
Bonne fin des récoltes !
 

Les actionnaires d’Agrocentre St-Pie, Agrocentre Vinisol, Agrocentre Lanaudière, Agrocentre St-Hyacinthe et Gestion KFY inc. sont heureux d’annoncer la création d’Agrofibres inc. suite à l’acquisition des équipements de Lanaupôles fibres inc.
 

Agrofibres compte développer la filière chanvre industriel en offrant des produits issus de matières végétales, principalement le chanvre industriel, tout en poursuivant le volet recherche et expérimentation en partenariat avec différents collaborateurs, dont Lanaupôle fibres.

Le chanvre est une plante bien adaptée aux conditions rencontrées dans la région de Lanaudière et sa culture ne demande qu’à prendre plus d’ampleur. Le contexte est favorable au développement d’une filière régionale avec la venue possible d’entreprises de deuxième transformation intéressées à valoriser la fibre et la chènevotte, deux produits issus de la production d’Agrofibres. L’usine se situe à Lavaltrie, sur la rive-nord, près de Joliette.

Avec la fin de semaine chaude que nous avons eue, il s’est récolté passablement de soya. Nous voulons vous avertir que si vous avez des fèves vertes, entreposez votre soya dans le silo, le temps que ces fèves sèchent et qu’elles prennent leur forme. Vous aurez alors une meilleure qualité à la livraison. Ce que nous avons observé à date : les rendements sont bons, l’humidité est entre 11 et 14 %. Les tiges sont parfois vertes, mais le grain est tout de même à la bonne humidité. Reste à voir ce qui arrivera avec les soyas semés tardivement suite au gel meurtrier du 18 septembre dernier.

Faites-nous part de vos observations.

Bonne récolte.

On parle de Jean-François Lemoine, agronome, co-propriétaire d’Agrocentre Farnham dans cet article de l’Utiliterre.

Jean-François y décrit son métier, représentant en productions végétales à l’Agrocentre.

Lisez l’article en ouvrant le fichier ci-dessous :

 

En collaboration avec l’Agrocentre Farnham, Grainwiz organise une formation sur la commercialisation des grains les 21 et 22 mars prochains, à St-Ignace-de-Stanbridge. Intéressé à en apprendre d’avantage sur le sujet ? Inscrivez-vous !

Agrocentre St-Hyacinthe est activement à la recherche d’un opérateur d’arroseuse automotrice. Vous êtes intéressé ? Écrivez-nous à Infos.st-hyacinthe@agrocentre.qc.ca. Vous connaissez quelqu’un qui pourrait l’être ? Partagez-lui cette offre !

Nous félicitons la Ferme Bogemans inc. de St-Sébastien pour son premier prix dans la catégorie "Maïs Grain 2014" remis par la Société d’agriculture d’Iberville. Le champ qui leur a permis de remporter les honneurs est celui utilisé dans la Quête du rendement.

Pour en savoir plus sur les Bogemans, leur entreprise et la régie appliquée dans le champ gagnant :www.agrocentre.qc.ca/blogue/la-quete-du-rendement/vincent-et-audrey/

Le Rendez-vous végétal est une journée de conférences où l’ensemble du secteur des productions végétales se réunit pour s’outiller et mieux relever les défis quotidiens.

Que vous soyez producteur ou conseiller, c’est l’endroit par excellence pour échanger autour des nouvelles connaissances techniques, économiques et scientifiques propres à notre secteur.

Des conférenciers émérites vous parleront des différents enjeux d’actualité en production végétale : fertilisation, semences, gestion, marchés, économie, équipements, produits phytosanitaires, etc.

Le Rendez-vous végétal aura lieu le 11 février 2015 à l’Étoile Quartier Dix30 de Brossard. Il est encore temps de vous inscrire : http://www.rv-vegetal.com/


Le réseau Agrocentre est à la recherche d’un(e) conseiller(ère) en ressources humaines. Si vous êtes à la recherche d’un emploi stimulant auprès d’enteprises dynamiques, venez relever ce défi. Vous trouverez tous les détails sur le fichier suivant. Passez le mot !!

Grainwiz poursuit sa tournée de formations sur la commercialisation des grains. Cette fois-ci, c’est en collaboration avec Agrocentre Vinisol que la formation est organisée, les 5 et 6 avril à Drummondville. Venez parfaire vos stratégies de commercialisation avec nous $$ !

L’agriculture de précision est de plus en plus populaire sur les fermes du Québec. On a pu constater l’engouement des producteurs pour ces outils de précision au Rendez-Vous végétal du 11 février dernier.

Avec la valeur actuelle des terres, il est normal de vouloir optimiser chaque parcelle de terrain à son plein potentiel. Grâce aux différentes techniques d’agriculture de précision, vous saurez exactement ce qui se passe dans vos champs et cela vous permettra de prendre les meilleures décisions.

Mais est-ce que l’agriculture de précision c’est vraiment rentable ? Vous trouverez la réponse ainsi que des informations sur les zones de gestion et l’application de fertilisant et les semis à taux variable dans l’Indice Orange de mars qui est entièrement consacré à l’agriculture de précision.

N’hésitez pas à communiquer avec votre représentant Agrocentre si l’agriculture de précision vous intéresse.

Les paris sont ouverts ! Est-ce que les superficies de soya continueront d’augmenter ce printemps ? Article intéressant à lire sur le sujet : http://www.grainwiz.com/nouvelles/agrocentre/9065-plus-de-soya-ou-de-mais-au-quebec-ce-printemps-

Vous pouvez visionner les différentes éditions de l’Indice Orange sur votre Iphone ou tablette de même que les résultats de parcelles et les capsules Oranges.

Pour ce faire, allez dans l’App Store, faites une recherche pour « Agrocentre » et téléchargez l’application. C’est tout...c’est gratuit... Astuce : Autorisez les notifications pour recevoir des avis lors des nouvelles parutions de résultats de parcelles, Indice Orange ou autres éléments de l’Appli Orange. Ah oui... Bon printemps !!

L’Agrocentre Fertibec, à St-Rémi, est à la recherche de candidats pour combler différents postes. Consultez l’offre affichée et n’hésitez pas à partager !

Lorsque vous arrosez vos champs, la taille des gouttelettes a une grande importance sur la qualité de l’application.
Des gouttelettes très fines risquent de s’envoler et de dériver hors de la zone, ou encore de s’évaporer avant même d’avoir atteint la cible.
Par contre, pour le même volume appliqué, des gouttes plus grosses offrent une moins bonne couverture du feuillage, ou risquent d’y rebondir et de tomber au sol.

InterLock® est un adjuvant qui permet de réduire la dérive et d’améliorer la couverture du feuillage en uniformisant la taille des gouttelettes. Il améliore également l’étalement et l’absorption en profondeur, pour une plus grande efficacité du traitement appliqué.

Il est compatible avec la plupart des produits herbicides, insecticides, fongicides ou engrais foliaire.

Contactez-nous pour en apprendre plus sur l’InterLock®, ou sur les autres adjuvants offerts par le Réseau Agrocentre.
(voir l’effet InterLock® : https://www.youtube.com/watch?time_continue=24&v=xAYxdOa78jE)

L’UPA a publié récemment un aide-mémoire sur les nouvelles exigences pour les producteurs en lien avec les pesticides. Consultez-le ici : https://www.upa.qc.ca/fr/generale/2018/05/pesticides-nouvelles-exigences-pour-les-producteurs/

Un webinaire sur le sujet sera donné le 15 juin prochain. Pour plus d’information et pour vous inscrire, suivez ce lien : https://studiocast.ca/client/upa/event/4558/fr/

Les producteurs restent encore très méfiants à vendre leur dernière récolte, et envisagent encore plus difficilement de vendre la prochaine. On ne peut leur donner tort.

Si les prix au Québec n’ont que très brièvement effleuré les creux sous 170 $ la tonne dans le cas du maïs à l’automne dernier, ils ne sont pas pour autant parvenus à se détacher beaucoup de 200-210 $ la tonne depuis. Rien de particulièrement excitant comme prix.

Dans le cas du soya, ils ont été plus intéressants, avoisinant même parfois bien au-dessus de 500 $ la tonne dans le cas de variétés spécifiques (IP, sans OGM, etc.). Plusieurs producteurs ont d’ailleurs su profiter de ces opportunités, et il reste certainement beaucoup moins de soya disponible dans les fermes du Québec. Certains ont aussi attrapé la balle au bond pour jeter un œil sur la prochaine récolte et déjà fermer des prix qui, il faut le dire, ont été à plusieurs reprises très intéressants depuis le début 2015.

Mais, les producteurs peuvent-ils encore espérer de meilleurs prix dans les prochaines semaines ? Après tout, il est généralement entendu que si on entrepose du grain l’automne, c’est pour en vendre davantage à l’hiver et idéalement, si les prix le permettent, un maximum avant le début des semis.

Il est toujours difficile d’anticiper les marchés, surtout depuis quelques années. Les spéculateurs sont toujours bien présents, et les prix varient en un tour de main à la moindre nouvelle. Ce qui est sûr par contre cette année, c’est que si nous avons été loin d’obtenir de bonnes récoltes au Québec, ce n’est pas le même son de cloche qui est ressorti des récoltes record ailleurs dans le monde dans bien des cas.

Or, une bonne proportion du prix proposé au Québec ne provient pas de ce qui se passe ici, mais bien dans le monde. C’est ce qui permet d’ailleurs de suivre les prix à la bourse de Chicago. En ce sens, avec plus de grains qu’il n’en faut sur la planète pour répondre aux besoins des consommateurs, on peut donc difficilement entrevoir de bien meilleurs prix pour le moment. Enfin, tout au moins d’ici à ce que les inattendues météos du printemps ne prennent les devants.

Mais attention, tout ceci ne veut pas dire non plus qu’on doit complètement ignorer ce qui se passe au Québec. Bien sûr les dernières récoltes ont été décevantes, et les consommateurs du Québec doivent se rabattre sur de maigre quantité de grains pour s’approvisionner. Cette situation a d’ailleurs contribué à éponger le recul important des prix à la bourse.

Par exemple, si on se fit seulement au prix du maïs à Chicago, le prix proposé aux producteurs du Québec ne tournerait pas autour de 200-210 $ la tonne depuis le début de 2015, mais plutôt 180-185 $ la tonne. Et, c’est sans compter l’effet du taux de change. N’eût été de ce dernier, nous serions alors autour de 145 à 160 $ la tonne. Au bas mot, c’est donc actuellement plus du ¼ du prix du maïs au Québec qui profite de la mauvaise récolte et de la faiblesse du dollar canadien. En soi, cette situation est une excellente opportunité pour les producteurs.

Peut-on croire maintenant que de ce côté, le prix au Québec pourrait profiter encore davantage d’ici le printemps ? Possible… Il faut par contre que le dollar canadien accepte de reculer davantage ou encore que les acheteurs aient besoin de proposer davantage pour sortir des silos ce qu’il reste de grains. Mais, rien n’est moins sûr.

Présentement, le dollar canadien semble avoir atteint un creux, et cherche même à gagner un peu de terrain. Concernant les grains comme le maïs, il n’y en aura certainement pas plus dans les silos des producteurs d’ici le printemps. Par contre, comme chaque année, plusieurs chercheront certainement à en vendre davantage d’ici les semis.

C’est sans compter que les acheteurs du Québec n’ont pas nécessairement attendu non plus que les producteurs québécois décident de vendre… pour assurer leur approvisionnement ailleurs.
S’il est bien possible que les prix au Québec gagnent du terrain dans les semaines à venir, il faut donc quand même admettre que la partie ne sera pas facile cette année. Il existe néanmoins différentes manières de ne pas tout risquer, et peut-être même de bien tirer son épingle du jeu.

Pour toute information sur les marchés et les prix, ou encore pour en savoir plus sur ce que nous pouvons vous proposer pour aller chercher le meilleur de ce qu’ils peuvent vous offrir, n’hésitez pas à nous contacter.

Lorsque l’urée est appliquée en surface, sans incorporation, des pertes par volatilisation surviennent. L’azote qui s’évapore se retrouve dans l’environnement, et n’est plus disponible pour la culture. En post-levée dans le maïs, sur le foin de graminées, ou dans les systèmes en semis direct, l’urée traitée à l’Agrotain® permet de protéger l’azote jusqu’à 14 jours, le temps qu’une pluie suffisante l’incorpore au sol, à l’abri de la volatilisation.
Voici une capsule sur le fonctionnement de l’Agrotain®

https://www.youtube.com/watch?v=AyVjHmPb6WQ

Avec AgConnexion, vous pourrez facilement simplifier vos tâches
administratives puisque vous aurez tout au même endroit. Vous maximiserez la rentabilité de votre entreprise et vous profiterez d’une expertise de pointe.

Obtenez un suivi optimal de vos cultures. Adaptez vos interventions tout en répondant aux exigences de conformité, et ayez accès à vos recommandations agronomiques en tout temps. Avec l’application mobile, faites vos dépistages directement au champ.

Mesurez la variabilité de chaque parcelle du culture pour mieux la gérer. Avec l’aide de votre conseiller, ciblez les zones à haut ou plus faible potentiel de rendement.

Contactez votre Agrocentre pour mesurer tout ce que les outils d’AgConnexion peuvent vous apporter.




 

Consultez l’offre d’emploi jointe pour tous les détails !

Encore une fois cette année, la pression du ver-gris occidental des haricots est forte dans certains champs du sud-ouest du Québec. Voyez l’installation des pièges et le dépistage au champ dans ces vidéos :

https://youtu.be/aVK5l82-Lq8

https://youtu.be/t7yHwgIcaNs

La saison avance, mais le dépistage se poursuit dans les champs, et les ravageurs sont bien présents à plusieurs endroits. En Montérégie, dans le sud-ouest surtout, on observe des insectes que l’on ne voyait presque pas ici il y a quelques années. Que faire si vous observez dans vos champs du ver-gris occidental, de la chrysomèle du haricot, des tétranyques à deux points ou du puceron ?

La décision de traiter, ou de laisser aller, est toujours difficile à prendre... 

Le premier point important est de connaître le ravageur, son cycle de vie, le genre de dommages qu’il peut causer, ses habitudes et ses préférences au niveau du stade de la culture, de la régie de champs, etc.

Il faut ensuite évaluer les populations de ravageurs et la pression qu’ils exercent sur la culture, et référer aux seuils d’intervention généralement acceptés. La valeur de la culture est également un élément essentiel à prendre en compte : y a-t-il un fort potentiel de rendement à protéger ? s’agit-il d’une culture dont le prix à la tonne est élevé ? 

Finalement, il faut garder en tête qu’un traitement insecticide peut également nuire aux insectes utiles, prédateurs naturels d’autres ravageurs potentiels. Ils doivent toujours être appliqués dans le respect des indications de l’étiquette.

Une chose est certaine, il faut sortir voir les champs et vérifier l’état des cultures. Ensuite, pour peser le pour et le contre, évaluer la nécessité d’un traitement et choisir le meilleur produit pour votre situation, votre conseiller Agrocentre est là !

Une nouvelle capsule vidéo est disponible. Cette fois-ci elle met en vedette Martin Mercier, T.P., à l’Agrocentre St-Pie, qui nous parle d’engrais verts. C’est le temps tout indiqué pour en implanter après la récolte des cérérales. Différentes familles, différents avantages : le Réseau Agrocentre peut vous offrir une belle variétés d’espèces !

https://www.youtube.com/watch?v=niJ7NtdmxJc


Bonjour à tous et toutes,

Nous vous invitons à la journée technique qui aura lieu à Ste-Monique le 5 septembre 2018. Voyez tous les détails sur l’annonce ci-jointe. Cette journée est une collaboration entre Winfield et Agrocentre Vinisol.

Au plaisir de vous y rencontrer en grand nombre.

Agrocentre St-Hyacinthe convie les producteurs et productrices à sa journée innovation qui se déroulera le mardi 11 septembre 2018, au Pavillon de l’Érable St-Jude inc.

Veuillez consulter le document ci-joint et inscrivez-vous le plus tôt possible.

Au plaisir de vous y rencontrer !!

À la recherche de résultats de parcelles pour vous aider à faire vos choix d’hybrides pour le printemps prochain ? Rien de plus simple avec la nouvelle version de l’application Agrocentre, qui localise sur une carte les résultats disponibles près de chez vous, au fur et à mesure que des parcelles de variétés sont récoltées. Installez-là sur vos appareils mobiles en recherchant « Agrocentre » sur l’App Store ou Google Play. Une mise à jour est disponible pour ceux qui utilisent déjà l’application. Bonnes récoltes à tous !

L’éducation à l’agriculture est essentielle à la durabilité des systèmes agro-alimentaires. Pour cette raison, Winfield United Canada et ses partenaires sont heureux d’offrir une bourse d’étude de 2500$ à un(e) étudiant(e) en agriculture.

Pour tous les détails, et pour participer, consultez les documents joints et complétez le formulaire d’inscription avant le 30 novembre 2018.

Un incendie a ravagé hier le garage et entrepôt de semences de l’Agrocentre St-Pie, situé au 2710, route 235, à St-Pie. Heureusement, il n’y a pas eu de blessés. Nos autres installations ont été épargnées par le brasier.

L’évènement n’affectera pas les opérations de l’entreprise qui reprendront dès lundi matin.

Un grand merci aux pompiers de St-Pie, de St-Hycinthe et des localités environnantes pour leur excellent travail de même qu’à nos employés pour leur action diligente.

 

Deux nouvelles entreprises !!

Deux nouvelles entreprises agricoles qui particperont à 
la Quête du rendement. Allez prendre connaissance des détails de ces nouveaux participants sur notre site la Quête du rendement. Ces producteurs et productrices ont accepté de faire la Quête du rendement en partageant avec vous leurs trucs de régie leur permettant d’atteindre des niveaux de rendements des plus enviables. Ils nous reste une entreprise à vous présenter avant la période de travail aux champs. Suivez tous les développements au cours de la saison en visitant notre site web régulièrement. Vous pouvez, de plus, vous abonner au flux RSS de la Quête du rendement.

Le réseau Agrocentre est actuellement à la recherche de candidats
pour combler des postes saisonniers à son Agrocentre Farnham.

· Journalier Entretien / Livreur
· Livreur

Le Réseau Agrocentre est actuellement à la recherche de candidats pour combler les postes ci-dessous :

Agrocentre Farnham (Stanbridge Station)

  • Journalier / Entretien
  • Livreur

 

 

Pour plus d’informations : https://lnkd.in/gK7eprK

 

Vous pouvez faire parvenir votre candidature à l’adresse courriel ci-dessous :

josee.rochette@agrocentre.qc.ca

Il y a finalement pas mal d’activité dans les champs aujourd’hui ! Ouf ! Cette journée va faire du bien après la longue attente des dernières semaines.
Mais aussi impatients que vous soyez de mettre en terre le plus de maïs possible, rappelez-vous de descendre du tracteur une fois de temps en temps pour voir comment ça se passe derrière !
Plus important encore qu’un espacement régulier entre les grains, il faut s’assurer que la profondeur de semis est suffisante et UNIFORME ! Un semis uniforme à 2 pouces de profondeur permettra une émergence plus égale, qui est la première étape vers un rendement optimal !

En l’espace de seulement trois semaines, le marché du maïs aura connu un renversement important à la bourse. Que devriez-vous faire ? Vendre maintenant tant que le prix est bon ? Attendre dans l’espoir qu’il grimpe encore ?

Prenez connaissance de l’avis de nos experts ici : 

http://www.grainwiz.com/nouvelles/agrocentre/10455-mais-attendre-ou-vendre-des-maintenant

Cherchez notre application mobile disponible sur App Store et sur Google Play. Restez informé sur les actualités agricoles de l’heure, les nouveautés, les trucs et les points chauds à surveiller, sans oublier les résultats de parcelles à portée de doigts.

 

Disponibles également sur l’application :

• Journal Indice Orange

• Capsules vidéos

App Store :
https://itunes.apple.com/ca/app/agrocentre/id1190013306?ls=1&mt=8

Google Play :
https://play.google.com/store/apps/details?id=ca.qc.agrocentre.appliorange

Le Rendez-Vous Végétal en sera à sa 9ième édition cette année. L’évènement qui se tiendra le 8 février 2017 à l’Étoile Banque Nationale dans le Quartier Dix30 à Brossard, se veut un lieu de rencontres et d’échanges entre les différents intervenants du domaine des productions végétales.

De la fertilisation à l’agriculture de précision, en passant par le marché des grains, plusieurs thèmes y seront abordés.

Retenez la date et inscrivez-là à votre agenda !!

« Ne manquez pas la « Journée d’Innovation » de l’Agrocentre St-Hyacinthe le jeudi 12 septembre prochain à l’Érablière Durocher, 399, Rte 122 E, Yamaska Est. Un méchoui sera servi sur place dès 12 h. Venez voir les parcelles de semences et discuter des perspectives du marché des grains avec Simon Brière de RJ O’Brien. D’autres conférenciers seront présents. Un « foodtruck » sera sur place pour un 5 à 7 pour favoriser les discussions en fin de journée. Prix de présence pour les producteurs et productrices. Réservez vos places au : 1-800-363-2476 »

Cherchez notre application mobile disponible sur App Store et sur Google Play. Restez informé sur les actualités agricoles de l’heure, les nouveautés, les trucs et les points chauds à surveiller, sans oublier les résultats de parcelles à portée de doigts.

Disponibles également sur l’application :

• Journal Indice Orange

• Capsules vidéos

App Store :
https://itunes.apple.com/us/app/agrocentre/id1190013306?ls=1&mt=8

Google Play :
https://play.google.com/store/apps/details?id=ca.qc.agrocentre.appliorange

Il est toujours curieux en plein mois de mars, surtout après l’une des plus importantes tempêtes de neige des dernières décennies, de parler de météo au Québec pour le printemps. Pourtant, il ne reste plus que de 4 à 6 semaines, et pour plusieurs, ce sera déjà le temps de sortir les semoirs et de travailler les champs. Petit coup d’œil sur ce qui nous attend selon les dernières prévisions météo. Consultez la pièce jointe.

Agrocentre Lanaudière et Agrocentre Technova concluent une entente avec Agro-100 pour l’achat de certains de ses actifs et activités de vente au détail. Cette transaction, réalisée dans un esprit de collaboration, vient renforcer notre offre dans les territoires de Lanaudière, de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Elle nous permettra de travailler dorénavant avec les équipes d’Agro-100 pour répondre à vos besoins en productions végétales. Agrocentre Technova fait l’acquisition des installations de Batiscan et rayonnera sur la rive-nord, de Batiscan à l’Ile d’Orléan. Agrocentre Lanaudière poursuivra les activités au détail à partir de ses installations de St-Thomas de Joliette pour la région de Lanaudière. Agro-100 pour sa part, se concentrera maintenant sur la fabrication de produits innovants.

L’Agrocentre Lanaudière est actuellement à la recherche de candidats pour combler les postes ci-dessous :

 **
Conseiller (ère) en production végétal
 **
Comptable senior

Pour plus d’informations : https://lnkd.in/gK7eprK

Vous pouvez faire parvenir votre candidature à josee.rochette@agrocentre.qc.ca

 

 

 

Une mise à jour est actuellement disponible pour l’AppliOrange. La version 1.5.142 est recommandée à tous les utilisateurs. Elle améliore les fonctionnalités de l’écho du champ et certains paramètres d’affichage. Elle permet :
La présence d’hyperliens à travers l’écho du champ
​L’affichage d’images à travers l’écho du champ

Assurez-vous de procéder sans tarder à la mise à jour de votre application, ou si vous ne l’avez pas encore, recherchez-là sur l’App Store ou Google Play sous le nom Agrocentre.


Le printemps semble finalement vouloir s’installer pour de bon, et dans quelques jours les opérations aux champs débuteront. Votre semoir est-il prêt ? Un semis de qualité est la première étape vers l’obtention de bons rendements, ne négligez pas la préparation de votre semoir. Voici un résumé des 8 points importants à vérifier. De la part du réseau Agrocentre, bon début de saison à tous ! 

La météo en ce moment nous fait douter, mais voyez ce qu’en disent les dernières intentions d’ensemencement publiées par Statistique Canada.

Tout vient à point à qui sait attendre...

Il y a des printemps où ce proverbe s’applique particulièrement bien ! L’article suivant vous aidera à patienter et à ne pas trop vous inquiéter des jours qui passent ; vos semences peuvent dormir encore un peu, bien à l’abri dans leurs sacs !

Pour une troisième année, nous sommes heureux de vous présenter la Quête du rendement, à nouveau sous le thème de l’agriculture de précision. Suivez nos 6 fermes vedettes tout au long de la saison, dans leur Quête du meilleur rendement possible !
Découvrez les participants 2017, et suivez le déroulement de leur saison en visitant le site web Agrocentre. Abonnez-vous à la page Facebook Quête du rendement, pour être informé des nouvelles publications. Bon début de saison !

http://www.agrocentre.qc.ca/blogue/la-quete-du-rendement-2017/


L’application d’un apport fractionné d’azote sous forme de solution liquide est intéressante pour l’uniformité d’application que cette forme d’engrais procure. Mais comment appliquer le 32-0-0 sans risquer d’endommager les feuilles ?

  • Choisir des buses à jets concentrés plutôt que des buses miroir. On veut limiter le contact entre le feuillage et la solution azotée.
  • Appliquer le 32-0-0 quand le blé a atteint le stade fin tallage (1er ou 2e noeud), ou le stade Zadock 30 à 32. NE PAS appliquer lorsque la feuille étendard est sortie.
  • Ne pas appliquer l’azote en mélange avec un herbicide, surtout si c’est un herbicide de contact.
  • Une faible pluie dans les heures qui suivent l’application permet de limiter les dommages sur le feuillage.
  • Il n’est pas nécessaire de diluer davantage la solution azotée avant l’application.


De légers dommages peuvent être observés qui n’affecteront généralement pas le rendement de la culture. Une application non uniforme de l’azote cause davantage de perte. Par contre, il faut à tout prix éviter d’endommager la feuille étendard, qui elle, est déterminante pour l’atteinte d’un bon rendement.
Pour une application tardive, l’engrais granulaire est un meilleur choix, ou encore, optez pour le CoRoN, un engrais liquide spécialement conçu pour l’application foliaire.

Alors que les semis 2018 sont bien avancés et que les cultures émergent, plusieurs d’entre vous iront observer l’uniformité de la levée. Puis du même coup, la présence de mauvaises herbes, et, plus tard, celle de ravageurs ou de symptômes de maladie ou de carences.

Voici 6 points-clés pour un dépistage efficace !

1. Assurez-vous de faire un dépistage représentatif, en évitant de retourner voir toujours les mêmes endroits dans les champs.

2. Utilisez tous les outils technologiques disponibles, mais ne négligez pas l’oeil sensible aux détails d’un dépisteur d’expérience, qui remarque des éléments que les autres ne voient pas.

3. Rappelez-vous que parfois, la meilleure recommandation, c’est de ne rien recommander. Il faut savoir être patient, ou reconnaître la non-rentabilité d’une intervention supplémentaire.

4. Portez attention à la variation de topographie, aux différentes zones du champ. Visitez les endroits qui sont plus susceptibles de présenter des problèmes.

5. Reconnaissez la valeur d’une deuxième paire d’yeux !!

6. Soyez curieux et observateur. Restez ouvert à ce qui se passe autour, aux expériences de vos pairs, aux essais scientifiques, aux bulletins d’information technique, et aux suggestions de vos
conseillers !

Adapté de 7 habits of highly effective crop scouts publié par
RealAgriculture.com

Bienvenue sur le nouveau site web Agrocentre, un carrefour où vous trouverez plusieurs informations utiles. Au-delà de l’information technique sur plusieurs produits, il vous sera possible de prendre connaissance de notre mission, notre vision et nos valeurs. Bonne découverte !!

Une formation sur les biostimulants et les biofumiguants sera donnée le 19 mars 2014 au Pôle d’excellence en lutte intégrée. Le programme de cette formation est joint à ce message. Profitez de l’occasion pour parfaire vos connaissances !!

Indice Orange de septembre 2014


Voici en exclusivité web, la version électronique du Journal Indice Orange de septembre qui sera distribué via La Terre de Chez-Nous. Dans cette édition spécialement dédiée aux semences, vous aurez des informations sur différentes compagnies semencières dont : Croplan, Hyland, Prograin, NK-Syngenta ainsi que SQS. De plus, différents articles feront le point sur les grains, les fertilisants, l’agriculture de précision de même que les préparatifs en vue de la récolte de soya IP.

Cliquez ici pour vous accéder à l’Indice Orange de septembre.


Bonne lecture !!

Un contingent de 10 participants d’Agrocentre Lanaudière et Agrocentre Fertibec ont parcuru la route entre Phoenix en Arizona et Los Angeles en Californie pour parfaire leurs connaissances dans le secteur des cultures maraichères. Des visites de champs ont été organisées pas des intervenants chevronnés dans les régions de Yuma, Brawley et Choachella Valley. Parmis les des cultures visitées, notons : piment, laitue, choux fleur, broccoli, fraise, carotte, pomme de terre, cantaloup. Nul doute qu’ils sauront faire bénéficier leurs clients des nouvelles connaissances acquises lors de ce voyage formateur.

Il a été aussi permi de constater que la gestion de l’eau est particulièrement intéressante et fascinante dans ce secteur. Nonobstant la réalité qui rattrape les producteurs de l’ouest de la Californie, il n’en demeure pas moins que la ressource « eau » est faciliement disponible entre Yuma et l’est de la Californie. Un article fort intéressant d’ailleur de la part de Claude Gautier, d’Agrocentre Lanaudière en traite dans la version d’un Indice Orange maraicher
 

Un contingent de 10 participants d’Agrocentre Lanaudière et Agrocentre Fertibec ont parcuru la route entre Phoenix en Arizona et Los Angeles en Californie pour parfaire leurs connaissances dans le secteur des cultures maraichères. Des visites de champs ont été organisées pas des intervenants chevronnés dans les régions de Yuma, Brawley et Choachella Valley. Parmis les des cultures visitées, notons : piment, laitue, choux fleur, broccoli, fraise, carotte, pomme de terre, cantaloup. Nul doute qu’ils sauront faire bénéficier leurs clients des nouvelles connaissances acquises lors de ce voyage formateur.

Il a été aussi permi de constater que la gestion de l’eau est particulièrement intéressante et fascinante dans ce secteur. Nonobstant la réalité qui rattrape les producteurs de l’ouest de la Californie, il n’en demeure pas moins que la ressource « eau » est faciliement disponible entre Yuma et l’est de la Californie. Un article fort intéressant d’ailleur de la part de Claude Gautier, d’Agrocentre Lanaudière en traite dans la version d’un Indice Orange maraicher.

Mission accomplie


La Quête du rendement de Robert Vouligny de La Visitation est complétée avec la récolte récente de sa parcelle. Agrocentre Vinisol est heureux de voir que son champ n’a pas été affecté significativement par le gel hâtif que vous avons connu à l’échelle de la province en septembre dernier.

Vous pouvez aller prendre connaissance de toutes les données sur la section de notre blogue la Quête du rendement consacrée à Robert Vouligny.

Vous pouvez aller voir les résultats de tous nos collaborateurs dans leur Quête du rendement et nous vous tiendrons au courant lorsque la récolte de leur champ sera effectuée.

Du maïs ou du soya, la question se pose…

Les prix des grains ont beaucoup progressé dans les dernières semaines. Ceux qui souhaitaient vendre à 200$ la tonne leur maïs ont été bien récompensés, même pour la prochaine récolte. Plusieurs ont d’ailleurs sauté sur l’occasion comme en témoignent les importantes quantités transigées dans les dernières semaines. Mais il n’y a pas que du côté du maïs que les choses ont bougé. Le prix du soya a aussi bondi de manière très avantageuse avant son revers de la semaine dernière. 
Ce qu’il est intéressant de remarquer dans le soya, c’est que non seulement les producteurs qui leur en restaient encore un peu à vendre l’ont fait, mais c’est que plusieurs ont aussi profité de l’occasion pour fermer d’importants volumes pour la prochaine récolte. En fait, certains ont même déjà jusqu’à 80% de leurs ventes de soya de complétées pour l’an prochain.
Certains diront que c’est peut-être un peu téméraire. Peut-être… L’important c’est de se garder une marge confortable advenant que les rendements obtenus soient moins intéressants. De manière générale, même si certains sont confortables avec 1,0 tonne/ha, on peut dire que de travailler sur la base de 0,9 tonne/ha donne de bons résultats plus prudents à ce niveau.
Avec la perspective que d’importantes superficies en soya seront semées cette année aux États-Unis (et même au Québec…), la grande question que plusieurs se posent maintenant : « Semer davantage de soya ou de maïs ce printemps ? »
Difficile à dire en réalité, puisqu’il y a de bonnes raisons de part et d’autre. Il est en effet impossible d’ignorer les prix déjà très intéressants qui sont actuellement proposés pour la récolte dans le soya. À plus de 450 $ la tonne, la plupart des producteurs couvrent très bien leur coût de production, alors pourquoi ne pas fermer des prix et dormir l’esprit tranquille si la météo le permet ?
Par contre, avec les importantes intentions d’ensemencements en soya de prévues, plusieurs commencent aussi à suspecter que le maïs se fera plus rare l’an prochain, de quoi suggérer des prix qui pourraient être bien plus intéressants l’an prochain.
C’est bien possible, mais il faut se demander alors si on préfère prendre ce risque, ou plutôt avoir l’assurance d’un prix intéressant dans le soya en fermant à l’avance. La question se pose…
N’hésitez pas à nous contacter pour en discuter. Nous pourrons vous aider dans vos réflexions à ce sujet et vous proposer différentes alternatives pour vous assurer que vous profiterez au maximum des différentes opportunités proposées dans le marché. Suivez nos commentaires sur grainwiz.com 

Les producteurs, toujours sur le frein

Avec le recul important des prix des grains dans la dernière année, et malgré un rebond intéressant depuis l’automne, les producteurs restent peu tentés de vendre encore leurs récoltes.

On sait que dans les prochaines semaines, la situation devrait changer. Enfin, c’est ce que les années nous donnent à croire. Généralement, on observe progressivement une hausse des ventes à partir de la fin janvier, début février. Puis selon les années, elles culminent en mars, bien que parfois aussi en février ou avril si les prix sont particulièrement intéressants.

Un peu comme l’an dernier, cette année, les producteurs ont mis la pédale douce sur leurs ventes à la récolte. C’est ce que nous montrent bien les chiffres de la Fédération des Cultures Commerciales du Québec (FPCCQ) selon les données collectées avec le plan conjoint.

Comme on le constate aussi, les écoulements devraient être plus importants qu’à la normale au cours des prochains mois, les producteurs ayant moins vendu à la récolte. Est-ce que ceci pourrait avoir un effet sur le prix proposé ? Très possible, puisque bien entendu qui dit plus de vendeurs, dit également pression à la baisse sur le prix. Et, c’est sans compter qu’étant en année de remplacement*, les acheteurs ne devraient pas hésiter à importer du maïs, notamment chez nos voisins du sud qui eux croulent sous des récoltes record.

Sauf que les cartes ne sont pas jouées pour autant…

1. Le dollar canadien est sous pression.
2. Le marché à terme est sur une pente descendante pour le moment.
3. La récolte du Québec est la moins importante des cinq dernières années (dans le maïs…)

Dans les deux cas, ces facteurs apportent pour le moment un support intéressant au prix, à la « base » (ou la prime que certains appellent).
D’ailleurs, si les producteurs restent hésitants à vendre présentement, plusieurs ont fait le constat que la « base » est exceptionnellement forte présentement. Même si elle pourrait encore grimper (qui sait ?), certains ont déjà profité de l’occasion pour fermer leur « base ». Il s’agit d’une stratégie intéressante, particulièrement si le marché à la bourse retourne à la hausse dans les prochaines semaines.

On constate aussi que plusieurs producteurs ont pris les devants dans le soya, et fermé des prix pour la prochaine récolte (et même pour celle de 2016) en prévision d’une chute imminente des prix advenant les récoltes records en Amérique du Sud cet hiver, et par la suite une excellente récolte américaine à l’automne prochain.

Pour en savoir plus sur les différents contrats et solutions que nous pouvons vous proposer pour maximiser vos ventes, n’hésitez pas à contacter notre équipe !

* L’offre de maïs est à peine supérieure à la demande (possiblement même sous la demande), faisant en sorte que les acheteurs doivent s’approvisionner à l’extérieur du Québec.

Les producteurs représentant six entreprises agricoles localisées dans les secteurs couverts par le réseau Agrocentre ont été trouvés. Les six champs seront suivis pas à pas tout au long de la saison par les représentants du réseau Agrocentre. Ainsi, sur notre site web, vous pourrez suivre la quête du rendement, soit l’évolution de chacun de ces champs, du semis à la récolte avec de multiples observations et détails. 

La publication des informations s’effectuera par bloc : description de l’entreprise, détails sur le champ observé, semis, fertilisation, protection des cultures, observations, récolte, bilan post récolte. Il y aura aussi un bloc général par ordre chronologique des évènements observés.

Vous serez à même de connaitre les stratégies, techniques et les décisions de régie prises par ces agriculteurs de pointe et par le fait même, réaliser les résultats obtenus pour ces champs.

Nous allons mettre en ligne sous peu les détails que nous aurons recueillis avant que le printemps ne débute. Demeurez à l’affût de nos publications, c’est le début de la quête du rendement.

Contribution 2014

C’est avec grande fierté que le réseau Agrocentre poursuivait sa série de contributions à la Maison de répit de l’association bien connue, Au coeur des familles agricoles.

« Pour nous, c’est une cause à laquelle nous tenons depuis le tout début. On ne peut passer à côté d’un tel engagement envers notre communauté agricole » précise Benoit Brunelle, Directeur principal, Agrocentre/SQS. Le réseau a remis à ce jour 40 000$ à la maison de répit depuis le début de l’aventure.

« Des gens de coeur comme ça, on en a besoin tous les jours pour nous supporter. Nous pouvons compter sur le réseau Agrocentre qui est un de nos partenaires les plus fidèles. Lorsque nous leur avons parlé du projet, on voyait que ça rejoignait leurs valeurs et que ça faisait du sens pour eux. Ils se sont impliqués dès le départ. », souligne la Directrice générale de l’Association, Maria Labrecque-Duschesneau.

Sur la photo à droite, lors de la remise du don, le 24 mars 2014 à la maison de répit de St-Hyacinthe : Benoit Brunelle, agr., Directeur principal, Agrocentre/SQS, Maria Labrecque-Duschesneau, Directrice générale de l’association Au coeur des familles agricoles et Ginette Lafleur, administratrice de l’association.

Gestion de l’eau...

Dans l’Indice Orange spécial maraîcher de mars, une précision s’impose dans un des articles publiés. En effet, un lecteur assidu a porté à notre attention qu’il serait de mise de faire un retour sur un passage dans l’article sur la gestion de l’eau dans les cultures maraîchères du sud-ouest des États-Unis ( page 3). Lors qu’il est écrit : « L’eau est commandée 3 jours à l’avance au coût de 12$ le pied-cube...", nous aurions du en fait spécifier que le coût était de 12$ le pied-cube par acre cultivé (« acre-foot »). Nous tenions à apporter cette précision importante et par le fait-même remercier notre lecteur !!

La Quête du rendement de Pierre Benoit

Nous vous présentons notre premier producteur, qui participera à la Quête du rendement. Il s’agit de Pierre Benoit de Fermes Benco inc. Pour tous les détails sur cette entreprise, allez consulter sa section de la Quête du rendement sur le site internet Agrocentre. Nous vous ferons connaître tous les participants d’ici les prochaines semaines. Soyez à l’affût !!!!

Venez découvrir deux entreprises agricoles qui particperont à la Quête du rendement : De Ste-Madeleine, Ferme Gérard Beauchemin inc., représentée par René-Carl Martin. Michel Hogue, pour sa part, représentera la Ferme A. Hogue et fils de St-Lin-Laurentides. Ces deux producteurs ont accepté de faire la Quête du rendement en partageant avec vous leurs trucs de régie leur permettant d’atteindre des niveaux de rendements des plus enviables. Ils nous reste trois entreprises à vous présenter avant la période de travail aux champs. Suivez tous les développements au cours de la saison en visitant notre site web régulièrement. Vous pouvez, de plus, vous abonner au flux RSS de la Quête du rendement.

Un printemps tardif, mais positif

Après des mois plus difficiles à l’automne dernier, le sourire chez les producteurs est à nouveau de retour. Les prix ont tranquillement fait leur bout de chemin depuis janvier pour atteindre à nouveau des niveaux très acceptables. Le printemps est aussi enfin arrivé. En Montérégie, les conditions restent quand même très humides. Il faudra certainement encore deux à trois semaines avant que les semis débutent. 

Côté prix, beaucoup ont profité de la fin du mois de mars pour réaliser des ventes dans le maïs. Pour l’ancienne récolte, plusieurs s’étaient fixés un premier objectif de vente à 205-210 $ à la ferme, ce qui aura été atteint sans trop de difficultés. Plus confiants et optimistes avec le retour à la hausse des dernières semaines, les ventes semblent maintenant être tombées au point mort, l’objectif : 220 $ à la ferme. Et nous n’en sommes en fait plus très loin, puisque pour livraison juin et juillet, il ne faudrait encore que quelques cents à la bourse et nous y serions. Il faut juste rester vigilant.

Comme au Québec, les producteurs aux États-Unis vont semer dans les prochaines semaines leur maïs et leur soya. Et si le stress à savoir si les conditions seront bonnes ce printemps pour débuter la saison se fait bien sentir sur le prix, il pourrait en être tout autre d’ici la fin juin. Il faut donc rester à l’affût, surveiller les prix et ne pas hésiter au besoin à nous contacter pour avoir une mise à jour rapide sur la situation. 

Dans le soya, il n’y a pour ainsi dire plus un grain de l’ancienne récolte. Mais, pour la prochaine récolte, c’est une autre histoire. Les prix très intéressants proposés depuis un certain temps auront amené nombre de producteurs à réaliser plusieurs ventes à l’avance. En moyenne, selon nos chiffres, au moins 20 à 30% du soya de la prochaine récolte serait ainsi déjà vendu. Ce n’est pas nécessairement une mauvaise idée.

Comme on le sait, les producteurs américains devraient semer pratiquement 7% de plus de soya cette année. Au Québec, même si aucun chiffre officiel n’a été présenté jusqu’ici, on peut facilement croire que le phénomène sera semblable. C’est ce que suggèrent d’ailleurs déjà très bien les ventes de semences que nous avons réalisées cette année chez Agrocentre. On peut même se poser la question à savoir si ce printemps, pour la première fois de l’histoire du Québec, il ne se sèmera pas plus de soya que de maïs ?

Nos six participants sont prêts !!

La ferme de Robert Vouligny, de la Visitation, complète le groupe des six entreprises qui se joindront à la Quête du rendement. Leurs renseignments sont en ligne sur notre site de la Quête du rendement. Vous pouvez dès maintenant lire la petite histoire de chacune de ces fermes familiales qui remonte, pour certaines, à plusieurs générations. Tout au long de la saison de croissance, plusieurs informations seront disponibles sur le site, du semis à la récolte. Vous sentirez pour ainsi dire, le poul de ces champs quasiment en temp réel. Bon, maintenant, que le VRAI printemps arrive !!! Bonne Quête du rendement à tous et à toutes

Comment fonctionne l’Agrotain ?


Visualisez dans cette toute nouvelle capsule orange comment fonctionne le produit Agrotain. Agrotain est un produit qui s’ajoute à l’urée pour en prolonger les bénéfices. Préservez votre investissement en azote avec l’ajout d’un produit dont l’efficacité est éprouvée depuis de nombreuses années.

Action récupération !!

Rapportez vos sacs vides de semences et de pesticides : le réseau Agrocentre participe à ce projet en environnement.

Des détaillants de produits agricoles, des semenciers et des distributeurs se font partenaires des agriculteurs pour lancer un projet pilote de collecte des sacs de pesticides et des sacs de semences vides, dans certaines régions de l’Ontario et du Québec.

En 2014, la collecte se tiendra seulement dans la région de la Montérégie. Ce projet pilote nous donnera l’occasion d’évaluer la faisabilité de la mise en place d’un programme permanent de collecte.

Participent à ce projet :

Quand : Le projet se tiendra de mai à septembre 2014.

Pour plus de détails, allez voir le site d’AgriRÉCUP

Appel à la solidarité rurale !

Dans la nuit du 12 Mai 2014, un feu s’est déclaré chez un employé de l’Agrocentre Fertibec. Il est opérateur d’une arroseuse et travaille à l’usine de mélange de fertilisants. Sa maison est une perte totale. La petite famille comprend sa conjointe et son fils d’un an. Pas besoin de vous dire que dans les circonstances, ils ont besoin de tout car tout a passé au feu. Ils sont sortis de la maison à peine vêtu et tout le reste a brûlé. Tout ça est une épreuve encore plus éprouvante quand on n’a pas d’assurances pour remplacer les biens meubles, les vêtements, etc.

Dans un esprit de solidarité, Agrocentre Fertibec propose de faire une collecte d’argent pour que le couple puisse se débrouiller et repartir à zéro. L’argent est plus facile à transporter et ils sauront se procurer les biens dont ils ont besoin.

S’il vous est possible d’aider, vous pouvez contacter un Agrocentre qui agira comme point de collecte. Vous n’aurez qu’à demander la personne responsable de la collecte. Par la suite, au cours de la semaine prochaine, en début de semaine prochaine nous acheminrons les dons à l’Agrocentre Fertibec qui les remettra à l’employé. Nous rappelons que par souci d’efficacité et de logistique, seuls les dons en argent pourront être reçus.

Merci de votre générosité ! 

À chacun sa fièvre du printemps !


La fièvre des semis va bon train et nul doute que les agriculteurs québécois se sentent un peu comme le Canadien qui a franchi la première série contre les Bruins. Notre adversaire à nous, ce fût le printemps en « dents de scie » du côté de la température...

Il nous reste encore quelques jours de semis pour terminer le soya. À date, on peut dire que 80% des semis, en moyenne sont réalisés, toutes cultures confondues. Ce n’est pas pareil en Ontario, où le beau temps tarde à s’installer plus de deux jours d’affilé.

Alors, on lâche pas, Go Habs Go et Go Ag Go !!!

Les premières données du champ


La Quête est bel et bien débutée pour deux de nos producteurs. Allez voir les ajouts d’informations pour Ferme Gérard Beauchemin inc. et Ferme Benco inc. Les semis avancent et tiennent tout le monde occupés, mais on trouve tout de même le temps de mettre en ligne les données de champs et conditions de semis. Bonne lecture sur la Quête du rendement.

Ferme Gérard Beauchemin inc. en vedette


Un de agriculteurs de la Quête du rendement fait parler de lui sur le net. Allez consulter le lien pour voir le reportage et photos.

Fourragères SQS, exclusives au réseau Agrocentre

Le réseau Agrocentre se voit doté d’une nouvelle gamme de semences fourragères avec l’accès à des variétés exclusives SQS. La gamme comporte la luzerne 5010, le trèfle rouge Wildcat ainsi que le mil Promesse qui sont offertes pures ou en mélange, soit « Éclair 80/20 », « Éclair 60/40 » ou le mélange Wildcat.

Les mélanges de graminées Agro-foin et Agro-foin+ viennent compléter l’offre. Allez constater par vous même en consultant le guide les incontournables, catalogue officiel des semences fourragères SQS dans lequel vous aurez toute les descriptions de variétés ainsi que les conseils de régie adaptés aux fourragères. 

Contactez votre conseiller Agrocentre pour plus de détails et réserver votre semence de fourragères.

Ferme A. Hogue et Fils inc. se dévoile

Nous avons des résultats directement du champ de Michel Hogue. Allez voir les données de son champ et d’autres informations intéressantes. Si vous n’avez pas encore pris le temps de constater ce qui se passe à la Quête du rendement des autres participants, consultez notre site la Quête du rendement dès maintenant.

Les vers gris-noirs font leur apparition

Il y a lieu de porter une attention particulière cette année à la présence de ces ravageurs que sont les vers gris-noirs. Si vous voulez en savoir plus, nous vous invitons à visionner notre capsule orange qui traite de ce phénomène.

Bon visionnement

AGROTAIN® PLUS avec SolAz

Avec la pluie des dernières semaines, l’azote appliqué peut-être perdu par lessivage et dénitrification (zone saturée d’eau) . Voilà pourquoi les producteurs de pointe utilisent AGROTAIN® PLUS afin de diminuer les pertes d’azote au champ découlant des humeurs de Dame Nature.

Le produit procure de plus une double assurance. En plus de minimiser les pertes par lessivage, il protège votre investissement de se volatilisé. Un produit et une marque qui ont fait leurs preuves ! 

Vous pouvez aussi traiter l’urée granulaire avec AGROTAIN® ULTRA. Contactez votre Agrocentre informez-vous pour connaitre le meilleur produit adapté à votre situation.

5 ans, ça se souligne !!

Ce sera le 22 août prochain, dès 14:00, qu’aura lieu la cinquième édition du concept de ZONE PERFORMANCE CROPLAN.

En collaboration avec Agrocentre et Financement Agricole Canada, cette journée spéciale saura plaire à tous. Une portion agronomique se déroulera dans l’après-midi au cours de laquelle il sera question, entre autre, des nouvelles technologies et de notre réalité québécoise. Pour leur part, les conjoint(e)s qui seraient moins intéressé(e)s par les discussions agronomiques, auront, au choix, une rencontre avec Jean Airoldi ou une visite à la chocolaterie, La Cabosse d’Or, suivi d’un cocktail. Deux conférenciers : Dr Ariel Fenster de l’Université McGill et Jean-Philippe Gervais, Économiste agricole en chef, Financement Agricole Canada vous entretiendront de sujets particulièrement intéressants tel que les OGM, la science et les marchés agroalimentaires.

Suivra un souper et la soirée animée sous le chapiteau.

Pour plus de détails, veuillez cliquer ici.

À noter que les inscriptions se font sur invitation. Alors, surveillez votre courrier !!

 

Une acquisition conjointe

Les actionnaires d’Agrocentre St-Pie inc. et d’Agrocentre Vinisol inc. sont fiers d’annoncer l’acquisition de 100 % des actions de Semestrie inc., une entreprise de Compton, spécialisée dans la vente au détail d’intrants agricoles (semences, produits de protection des cultures et fertilisants). 
Tous les employés conservent leur emploi actuel et sont déjà à leur poste, toujours aussi engagés. Pour sa part, Monsieur Michel Lefebvre dirigera les activités de Semestrie inc. et sera présent auprès de ses clients : « Nous sommes extrêmement heureux d’avoir conclu une entente avec deux membres du réseau Agrocentre puisque ceci permet à l’entreprise de poursuivre son engagement envers notre précieuse clientèle. Nous partageons les mêmes valeurs notamment le désir de conserver un haut niveau de service. Ceci a toujours été le fondement même de l’entreprise et ça demeure toujours au cœur de nos priorités. »

Ainsi, Semestrie inc. continuera ainsi d’offrir ses produits et services sous sa désignation actuelle et conservera sa bannière.

À propos d’Agrocentre St-Pie inc.

Agrocentre Saint-Pie est un important fournisseur d’intrants agricoles et contribue à l’essor de la clientèle agricole de la Montérégie centre-est à partir de ses usines de Saint-Pie et de Saint-Valérien-de-Milton. Elle s’engage à demeurer un leader en tant que fournisseur d’intrants et de services auprès des producteurs agricoles de son territoire. L’entreprise est consciente que la réussite de ses clients dans l’atteinte de leurs objectifs est gage de sa propre prospérité.

À propose d’Agrocentre Vinisol inc.

Principalement présente dans le Centre-du-Québec et ayant sa Maison-mère à Nicolet, l’Agrocentre Vinisol inc. se spécialise dans la vente de produits et services à la ferme. La réputation de l’entreprise repose essentiellement sur la qualité de ses offres ; celles-ci s’avérant très avantageuses pour l’agriculteur. Elle s’engage à demeurer un partenaire de choix pour l’agriculteur, en offrant des produits et services performants autant qu’utiles et répondant aux attentes actuelles et futures des agriculteurs.

Pour plus d’information :

• Stéphane Chaume agr., président, Agrocentre St-Pie : 1 888 772-5140
• France Béliveau, présidente, Agrocentre Vinisol : 1 800 567-7971
• Michel Lefebvre, Semestrie inc. : (819) 835-9334

Un champ sous la loupe...


Ferme Gérard Beauchemin inc. utilise l’outil R7 qui permet d’avoir une vue par satellite des champs et ce plusieurs fois par année. Ces photos sont interprétées et nous permettent de produire une carte d’indice de feuillage qui est corrélée assez fortement avec le rendement final. Nous avons donc en annexe la photo prise le 20 juillet dernier et qui nous indique que la moitié sud aura probablement un rendement supérieur à la partie nord. Cette photo nous permettra aussi de nous diriger plus précisément pour la prise d’échantillons de sol.

Mathieu et Dominic Dubuc visent haut !

Leur maïs est beau, vert. Le champ de la Quête du rendement de Mathieu et Dominic Dubuc est égal, pas de manque et franchement, ils sont très optimistes pour la suite des choses et on a hâte à la récolte !

Les feuilles sont très foncées, sans maladies foliaires. Le travail est fait, il ne reste qu’à récolter et évaluer les rendements ! Est-ce qu’on pourra atteindre le 300 bu/acre ??? 

Disons que les attentes sont grandes !! Allez voir leur Quête du rendement !!

Les grandes questions de la récolte 2014

Difficile de savoir ce que seront les récoltes cette année. Après un début exceptionnellement tardif dans la plupart des régions, la météo aura permis un rattrapage intéressant dans de nombreux cas. Par contre, certains secteurs restent encore en difficultés. On peut s’interroger aussi sur le développement des cultures qui, avec les semis tardifs, laisse entendre que les récoltes pourraient être retardées de 1 à 2 semaines selon les régions.

Selon les derniers chiffres de Statistique Canada, ce qui ne fait aucun doute, c’est cependant que la récolte de soya sera très importante cette année, et ce, au détriment de celle de maïs qui pourrait très bien atteindre pour sa part un creux inégalé depuis 2011, voire même 2009.

Ce contexte, après deux années d’importantes récoltes de maïs, soulève plusieurs interrogations :

Manquera-t-il de maïs cette année au Québec ? Avec des superficies ensemencées en maïs à leur plus bas depuis 1998, un début de saison tardif et des rendements encore bien incertains, il y a lieu de se demander si la production sera suffisante pour répondre à la demande cette année. De manière générale, on sait que bon an mal an, la consommation de maïs tourne autour de 3 millions de tonnes au Québec. Or, suivant de premiers estimés sommaires, on peut s’attendre pour le moment à ce que la production québécoise peine à franchir le cap de 3,1 à 3,2 millions de tonnes. Reste à voir maintenant si les inventaires de l’ancienne récolte et les importations estivales de maïs américain et ontarien auront été suffisamment importants pour offrir un coussin suffisant pour débuter la prochaine année commerciale. Mais, dans tous les cas, il y a fort à parier que nous serons serrés et que, en ce sens, la valeur de la « base » cherchera à rester forte, particulièrement si le dollar canadien poursuit son recul et le marché du maïs à la bourse également.

Est-ce que le prix du maïs reculera ou non de manière importante cet automne ?

Considérant le manque d’intérêt « vendeur » des producteurs en réaction à l’important recul du prix depuis le printemps dernier, il faudra très possiblement que les acheteurs « gonflent » le prix pour les inciter à vendre à la récolte. Toutefois, il faut prendre note aussi de la récolte exceptionnelle de soya qui pourrait bien, si elle chevauche celle du maïs en octobre, forcer plus de producteurs qu’à la normale à vendre aussi du maïs à ce moment. Il est donc possible que, malgré une récolte de maïs beaucoup moins importante cet automne, il y ait quand même une pression à la baisse sur le prix. Par contre, à moins qu’il y ait davantage d’importations au cours de l’automne et de l’hiver, il y a fort à parier que la base reprendra par la suite du tonus.

Peut-on s’attendre à avoir des difficultés de livraison à la récolte ? Si la récolte de soya chevauche celle de maïs, il se peut en effet très bien que les acheteurs aient plus de difficultés à prendre livraison le temps d’ajuster leurs installations. Il faut aussi penser que la récolte elle-même de soya devrait atteindre un niveau record jamais vu. Selon les acheteurs et leurs capacités de réception, il pourrait donc être plus difficile de livrer en tout temps. Le mieux reste donc de prévoir et d’organiser à l’avance avec ses acheteurs le moment où on prévoit livrer son grain.

N’hésitez pas comme toujours à nous contacter pour vous informer des prix, et aussi commencer à prévoir et évaluer la stratégie que vous prendrez à partir de la récolte pour mettre en marché vos grains.

Un succès sur toute la ligne !

C’est le 22 août, à La Présentation qu’a eu lieu la Zone Performance provinciale Croplan. Lors de cette magnifique journée, près de 600 participants ont eu l’opportunité d’échanger entre producteurs et productrices. Il sont aussi assisté à différentes présentations techniques fort intéressantes, notamment sur l’AGROTAIN, les produits de WINFIELD ainsi que les semences Croplan sans oublier les fertilisants de spécialité de la compagnie Mosaic, dont le MESZ. 

Aussi, des experts sont venus expliquer les nouvelles technologies Genuity. 

Des conférenciers de marque étaient aussi sur place dont Ariel Fenster sous la tente FAC. Même que certaines ont pu jaser avec Jean Airoldi !!! Le tout s’est poursuit avec le repas servi sur place et une soirée animée au son de l’orchestre. 

Merci à tous les commanditaires , aux conférenciers et à tous ceux qui ont participé de près ou de loin au succès de cet événement. 

Profitant de la dernière semaine de beau temps, la plupart ont complété leurs récoltes de blé dans les derniers jours. Et, c’est bien pour dire, nous n’avons eu aucun appel pour signaler des rendements ou de la qualité décevante cette année mise à part la protéine qui était faible dans certaines situations. Rappelons qu’il est difficile d’obtenir les deux : rendement et protéine et ce, d’autant plus que la saison avait pourtant bien mal commencé.

On le sait, en temps normal, le principe veut qu’il faille semer tôt le blé pour obtenir de bons rendements. Mais ce printemps, avec au moins trois à quatre semaines de retard, les semis tardifs et même parfois dans des conditions non optimales n’annonçaient rien qui vaille pour la récolte 2014. Au bas mot, pratiquement rien n’a été semé avant le début du mois de mai, ce qui est exceptionnel en soi. Il faut croire que la météo légèrement plus fraîche de cette année, spécialement au moment critique de la floraison, aura finalement joué en notre faveur.

Dans le blé fourrager, la variété Tokson a particulièrement bien performé. Un producteur nous a même rapporté un rendement de plus de 2,6 tonnes/acres, ce qui n’est certainement pas mauvais.

Du côté du blé panifiable, la variété Blomidon aura été fidèle à elle même, offrant toujours une belle combinaison de rendement et de qualité respectable pour un blé à mélange.

Notre variété exclusive de blé panifiable Griffon a aussi très bien performé, avec une très belle qualité et de bons rendements.

Dans tous les cas, du côté de la fameuse vomitoxine, les résultats que nous avons obtenus de nos laboratoires sont tout aussi remarquables. En moyenne, les blés récoltés sont sous 1 ppm, alors que le seuil de tolérance de l’industrie se situe généralement à 2 ppm et moins.

Malgré un début d’année plus difficile, la saison de blé 2014 a donc été excellente et le réseau Agrocentre est fier d’avoir pu contribuer aux succès des producteurs. Plus que quelques semaines maintenant de répit pour travailler les sols, faire du drainage ou encore semer ses engrais verts, et la saison 2014 rentrera dans son dernier sprint final : les récoltes de soya puis de maïs.

Voyez les détails sur nos variétés SQS dans notre catalogue.

Ne manquez pas de suivre nos participants à la Quête du Rendement qui, eux aussi, sont dans leur dernier sprint de fin de saison !

De nouvelles observations !!!

À l’approche de la récolte de leur champ de maïs, certains des participants nous donnent de nouvelles observations. C’est notamment le cas de Michel Hogue de Ferme A. Hogue et fils inc. de St-Lin-des-Laurentides ainsi que pour Matthieu et Dominic Dubuc de St-Isidore. On observe des données d’imageries par satellite des champs ainsi que des photos la condition des cultures. C’est aussi le cas pour Robert Vouligny de La Visitation où on fait le constat suite au gel meurtier de septembre.

La récolte de soya bat son plein !

Après une saison forte en émotions pour les producteurs du Québec, la récolte de soya est maintenant belle et bien débutée depuis quelques jours. Voici un bref aperçu de ce que l’équipe du réseau Agrocentre a recueilli comme observations jusqu’ici en Montérégie :

Région St-Hyacinthe

Dans la région de St-Hyacinthe, les premiers rendements observés ont été surtout sur les soyas de type Natto qui présentent beaucoup de variabilité : 0,5 à 1,25 tonne/acre. Constat rapide, la variété semble jouer beaucoup sur les résultats entre la vieille et la nouvelle génétique.

Même son de cloche pour les variétés hâtives qui ont été semées tôt et avec lesquelles on observe aussi beaucoup de variabilité dans les rendements obtenus. Dans les bons champs, on va chercher jusqu’à 1.5 à 1,6 tonne/acre, mais dans l’ensemble on peut dire qu’on n’aura pas les rendements de 2013.

Enfin, reste le soya semé au début juin avec des variétés plus tardives dont les récoltes ne sont pas encore débutées. Mais, avec ce qu’on observe dans les champs, on appréhende définitivement une baisse des rendements et de la qualité. Idéalement, il faudra alors très probablement mettre ce soya dans les silos quelques jours pour que les grains verts immatures reprennent une forme plus normale…

Région St-Pie

Jusqu’à présent les rendements obtenus varient grandement de 1,3 tonne/acre et moins dans les champs semés plus tardivement ou moins beaux jusqu’à 1,4 à 1,7 tonne/acre dans les bonnes terres. On parle donc d’un rendement jusqu’à présent moins intéressant que l’an dernier de l’ordre de 0,15 à 0,25 tonne/acre.

À l’image du rendement, la qualité est aussi très variable. Dans la plupart des cas, elle est au rendez-vous pour les 1ers champs battus. Sauf que les effets du gel du 19 septembre dernier devraient maintenant se faire sentir tranquillement dans certains champs récoltés comme en témoigne bien la photo qui suit :

Les champs qui ont gelé à ce stade auront de la difficulté à baisser en humidité et la qualité en sera sans aucun doute affectée !!

Région St-Rémi

Les rendements observés sont à l’image des semis qui ont été réalisés tardivement et en dents de scie. Une parcelle de soya IP semée le 21 mai a fourni un rendement de 1,41 à 1,71 tonne/acre avec un taux d’humidité de 13,3 à 15,1%. Par contre, un autre producteur a obtenu en moyenne 1,2 tonne/acre pour un soya de 2600 unités thermiques, ce qui est peu pour notre région.

Pour ce qui est du gel, les variétés hâtives semblent avoir des chances de bien s’en sortir. Par contre, on ne peut pas dire que les variétés plus tardives ne seront pas affectées.

La Quête du Rendement se poursuit !

Ne manquez pas d’aller visiter aussi les blogues de nos participants à La Quête du Rendement pour en savoir plus sur l’avancement de la saison 2014. Plusieurs ont mis dernièrement à jour leurs commentaires ! C’est notamment le cas de Michel Hogue de Ferme A. Hogue et fils inc. de St-Lin-des-Laurentides ainsi que pour Matthieu et Dominic Dubuc de St-Isidore. On observe des données d’imageries par satellite des champs ainsi que des photos sur la condition des cultures. C’est aussi le cas pour Robert Vouligny de La Visitation où on fait le constat suite au gel meurtrier de septembre.

Variabilité !!

La récolte ne sera pas facile cette année, c’est le moins qu’on puisse dire. Reste à voir ce que les prochaines semaines nous réservent encore. Voici un aperçu de ce que nos experts ont observé jusqu’à présent :

St-Hyacinthe

Il reste environ 20% de soya à battre dans la région et la question qu’on se pose : est-ce qu’il sera de qualité ? Ce sont les champs semés après le 1er juin et qui se sont fait prendre par la gelée du 19 septembre… La semaine du 27 octobre propose une éclaircie de 5 jours, le soya de la région devrait se terminer au cours de cette période.

Du côté du maïs-grain, les premiers champs ont été récoltés il y a près de trois semaines, et on prétend que la récolte est complétée à 20% à ce jour. La qualité des premiers champs est bonne, du beau grade 3 et un peu de 2. Ce sont les premiers champs qui sont souvent les meilleurs et l’avenir semble incertain. Des acheteurs nous ont confirmé qu’il y avait beaucoup de 4 et de 5 en périphérie de notre région. L’humidité est très variable de 22 à 36%. Les champs où l’azote a été déficient, l’humidité semble beaucoup plus élevée.

St-Pie

Le soya dans les belles terres est très avancé, environ à 90%. Par contre, avec les semis tardifs ça varie beaucoup et en périphérie ont est même à seulement 65% de récoltés dans certains cas. Plusieurs producteurs ont décidé de battre du maïs pour avancer les travaux, et complèteront le soya dans la fenêtre de beau temps de la semaine prochaine.

Côté rendement, dans les champs de soya qu’il reste à battre, on observe des résultats dans la moyenne à sous la moyenne. Pour le maïs, jusqu’à maintenant, la qualité est très variable avec 22 % à 33% d’humidité et 62 à 68 pour le poids spécifique. Les rendements sont relativement intéressants, un peu moins que 2013, mais très bien quand même, ceux-ci variant de 10 à 13 tonnes/ha. Par contre, pour les terres en périphérie, les rendements sont plus incertains. Dans les mêmes champs, mais avec des dates différentes de semi, on passe d’aussi peu que 7 tonnes/ha à plus de 12 tonnes/ha. C’est quelque chose !

Montérégie Ouest

Dans la région de l’Agrocentre Fertibec, le battage de soya est complété à 70%. Ce pourcentage varie beaucoup d’une municipalité à l’autre, selon les dates de semis au printemps et les unités thermiques des variétés de soya. Dans le coin de St-Rémi-St-Isidore, le soya est terminé de récolter à 90%, tandis que la région de Lacolle, il est à peine à 50%. La qualité du soya jusqu’à présent est bonne, mais les rendements moyens sont ordinaires, variant de 0,8 TM/acre à 1,3 TM/acre dans le même champ, et jusqu’à 1.6 TM/acre en parcelle. L’espacement entre les drains et le nivellement ont beaucoup d’influence sur le rendement cette année. On remarque aussi énormément de grains avortés lors du battage (grains minuscules qui vont entrer dans les déchets). Il semble que la brûlure phomopsienne a endommagé plusieurs variétés de soya cette année. Le gel hâtif a sûrement contribué à ce phénomène aussi.

Dans le maïs, les rendements sont bons aux endroits ou l’azote n’a pas été un facteur limitant. Dans les parcelles, nous avons entre 11 tonnes/ha jusqu’à 12,6 tonnes/ha jusqu’à maintenant. Les fongicides dans le maïs ont aidé à garder la santé des plants. Une parcelle dans la région de St-Isidore nous a donné 0,75 tonne/ha de plus entre le traité Quilt à comparer au non-traité. Le poids spécifique est plus bas que les 2 dernières années, entre 63 et 67 kg/hl. L’humidité est entre 23% et 30%. On voit cette année beaucoup de différence entre les hybrides qui sèchent rapidement aux champs et ceux qui restent verts plus longtemps.

N’oubliez-pas d’aller consulter nos résultats de parcelles !!

Êtes-vous allez voir ?


Sur le site Agrocentre, nous avons une section dédiée aux résultats de parcelles de maïs et soya. Déjà, plusieurs résultats s’y retrouvent. Il vous suffit de vous rendre sur la page « Résultats de parcelles » sur notre site pour y accéder.

Inscrivez-vous aux alertes !

Il vous est aussi possible de recevoir les résultats à mesure que de nouvelles données sont inscrites. Vous n’avez qu’à vous inscrire et sélectionner l’Agrocentre de votre région. À chaque fois que de nouveaux résultats paraissent, vous recevrez un courriel avec le lien correcpondant. 

Simple et efficace... inscrivez-vous !!

Variabilité

Une récolte aux résultats très variables d’une région à l’autre tire déjà à sa fin. Dans certains cas, les résultats sont surprenants considérant la saison difficile que nous avons connue. Mais, dans l’ensemble, tout le monde s’accorde à dire que cette année ne sera certainement pas les meilleures récoltes obtenues par les producteurs au Québec autant côté qualité, que rendement. Voici un aperçu des dernières observations de fin de saison de nos experts dans le réseau Agrocentre.

St-Hyacinthe

Le soya s’est terminé le 2 et le 3 novembre (les 2 plus belles journées de l’automne 2014) et contrairement aux attentes il était de très bonne qualité !

Pour ce qui est du maïs-grain, il ne reste que les gros producteurs, soit moins de 10 % des superficies, à récolter. Les rendements sont variables, tout autant que la qualité. Nous observons que les semis passés le 20 mai ont des rendements de beaucoup inférieurs à la normale. Les producteurs sont en général déçus par leur maïs.

St-Pie

Dans le maïs, les rendements varient beaucoup, de 12 tonnes à l’ha dans les belles terres à 5 tonnes à l’ha dans les moins belles terres. Il reste environ 15 % du maïs à récolter dans les belles terres autour de St-Pie et 30 % en périphérie. La moyenne pour le poids spécifique tourne autour de 67-68, mais on retrouve du 60 à 70. Il est assez facile à sécher cette année et l’humidité oscille de 19 à 26 % d’humidité. En moyenne, la qualité est de grade 2, avec un peu plus de grade 3.

Côté soya, dans les belles terres, il reste moins de 5 %. En périphérie on parle par contre de 10 % encore au champ. Dans l’ensemble, la qualité générale du soya aura donné à 95 % des lots de grade 1 malgré certains lots à 16 % d’humidité à la livraison. Mais, les derniers lots livrés atteignaient en général rarement la tonne à l’âcre, voir même 0,5 à 0,9 tonne à l’acre. À l’opposé, les lots dans les beaux champs oscillaient de 1,2 à 1,6 tonnes à l’acre en général.

Montérégie Ouest

Une grande partie du maïs est récolté à environ 80-85 %. Il n’y a pas eu trop d’averses la semaine passée, alors les producteurs ont récolté plusieurs jours en ligne. L’un des principaux facteurs limitant cette année, ce sont les séchoirs, qui prennent plus de temps à sortir le grain.

Concernant la qualité du grain, elle est particulièrement variable cette année d’une municipalité à l’autre, et d’un hybride à l’autre, et selon la date de semi. Difficile de se faire une tête, il faut poser des questions. Les meilleurs sont d’environ 10 à 11 tonnes à l’ha, avec des pointes jusqu’à 12 tonnes à l’ha. Côté poids spécifiques, on parle alors de 70 kg/hl au mieux. Mais, la moyenne du rendement est plutôt autour de 9.5 tonnes à l’ha avec un poids spécifique de 65-67 kg/ha.

Montérégie Sud-Est

Le dernier soya sera récolté cette semaine. Ces derniers champs semés mi-juin/début juillet sont assez décevants côté rendement (0.5 à 0.75 tonnes à l’acre) et côté qualité aussi (beaucoup de grade 2 assez humide 16-18%). Plusieurs séchoirs sont remplis de soya au lieu d’être remplis de maïs.

Pour ce qui est du maïs, la récolte avance rapidement, et 40 à 50 % des superficies sont maintenant dans les silos. De même que dans le soya, les rendements sont très variables, passant de 8 à 11 tonnes à l’ha dans le même champ. Encore une fois, les semis tardifs et le gel hâtif ont eu ici pour conséquence de fournir une qualité de grain passant de bonne à médiocre. Le grade 3 n’est pas rare cette année, et le poids spécifique oscille entre 63 et 68 kg/hl. Cependant, certains producteurs espéraient un premier gel tardif et ont pariés sur des hybrides pleine maturité (2850-2900 UTM), même pour les semis de juin. Pour eux, c’est la catastrophe côté qualité (voir photo).

Centre du Québec

Le soya est terminé. Ce ne sera certainement pas une année qui passera à l’histoire. On peut parler de bons résultats sans plus. En général les rendements tournent aux alentours de 1.25 à 1.5 tonne à l’acre pour les sols un peu plus lourds (argile ou loam). Pour les sables, on parle plutôt de 1 tonne à l’acre. Chose certaine, c’est moins que les rendements obtenus l’an dernier. On estime une baisse de l’ordre de 15 %.

Dans le maïs, la récolte serait complétée à environ 75 %. Les rendements en général sont intéressants ; 10 à 12 tonnes à l’ha pour les grades 3 et plus, et grades 4 et 5 à un rendement de 9 tonnes à l’ha. Côté poids spécifique, le même hybride dans deux champs très près l’un de l’autre peut donner à la fois le mieux (grade #2) et le pire (grade #5). À première vue, la date de semis et l’utilisation d’hybride avec des UTM un peu trop élevés pour la zone seraient en grande partie responsables de cette variabilité. Il y a aussi une coupure dans le rendement et la qualité pour les semis après le 20 mai. Et, la détérioration s’accentue si l’hybride est un peu trop tardif pour la zone. 

Conclusion, on va retrouver un peu de tout dans le marché. La majorité a semé avant le 20 mai dans la région, donc la qualité sera au rendez-vous dans la plupart des cas. C’est au-delà de ce qu’on espérait, particulièrement avec la gelée hâtive que nous avons connue en septembre.

Rappel important

Cette année, avec le recul important des prix, plusieurs producteurs sont tentés d’entreposer au maximum leurs récoltes, et avec raison. Il faut cependant faire attention. Comme on sait, un grain de mauvaise qualité se conserve plus difficilement en entreposage dans les mois suivant la récolte. N’hésitez pas à contacter notre équipe au besoin. Il nous fera plaisir d’évaluer avec vous la qualité du grain que vous avez sous la main et, s’il y a lieu, de vous conseiller sur vos meilleures options pour ne pas risquer de perdre en qualité.

De bons résultats !

La Quête du rendement de Michel Hogue de Ferme A. Hogue et Fils inc. dans la région de Lanaudière est complétée avec la récolte récente de sa parcelle. Agrocentre Lanaudière est heureux de voir que son champ n’a pas été affecté par le gel hâtif que vous avons connu à l’échelle de la province en septembre dernier.

Vous pouvez aller prendre connaissance de toutes les données sur la section de notre blogue la Quête du rendement consacrée à Michel Hogue.

Vous pouvez aller voir les résultats de tous nos collaborateurs dans leur Quête du rendement et nous vous tiendrons au courant lorsque la récolte de leur champ sera effectuée.

La quête est complétée pour René-Carl Martin

René Carl Martin de la ferme Gérard Beauchemin inc. a terminé sa Quête du rendement 2014. Venez prendre connaissance de l’ensemble de son année récolte et des conclusions qu’il en retire. Tout est là sur le site de la Quête du rendement.

Une année mouvementée avec un printemps tardif, un gel hâtif en septembre... Allez sur le site de la Quête du rendement pour en prendre connaissance.

Quête mouvementée pour Dominic et Mathieu Dubuc

Les deux producteurs de la région de St-Isidore ont eu des défis à relever pendant la dernière saison de récolte. À l’image de l’ensemble des producteurs québécois, ils ont connu un printemps tardif
de même qu’un gel hâtif... Si bien que l’atteinte de rendements supérieurs a été compromise. Nous vous invitons à prendre le poul de leur saison et le bilan qu’ils en dresse en vous rendant sur la section de la Quête du rendement leur étant dédiée

Conclusion de l’année 2014 

L’année 2014 tire à sa fin, et ne passera certainement pas à l’histoire comme ayant été particulièrement exceptionnelle. Voici brièvement la conclusion des récoltes 2014 d’est en ouest dans le réseau Agrocentre :

•Le printemps très tardif a définitivement amputé tout le reste de la saison.
•Le gel hâtif à l’automne a eu des répercussions très régionales.
•Le maïs s’en est généralement mieux tiré que le soya côté rendement.
•Plus de maladies qu’à la normale à la récolte dans le soya (phomopsis).
•Le lessivage de l’azote a été un problème dans plusieurs cas. Le fractionnement ou encore l’utilisation d’un agent empêchant le lessivage sont à considérer.
•Le semi-direct n’a pas été un succès cette année, et plusieurs producteurs songent à ne pas répéter l’expérience l’an prochain.
•Un intérêt grandissant pour les céréales qui permettent également de répartir son risque sur une plus grande diversité de cultures lors d’année plus difficile comme 2014.
•Lorsque les conditions météo l’ont permis, la réponse aux fongicides appliqués a bien démontré son efficacité.

Centre-du-Québec

Dans la région de Nicolet, la baisse du poids spécifique dans le maïs a été moins prononcée qu’on l’avait prévue. On s’en souviendra quand même comme l’année du petit poids spécifique. Pour le rendement les résultats sont bons, mais ils ne passeront pas à l’histoire. Quoique chez certains producteurs nous avons eu des records.

Pour le soya tout a été dit. En général on a connu une baisse de rendement et la récolte a été un peu plus maladive (phomopsis) que par le passé. Pour cette culture, la variabilité du rendement a été encore plus grande que dans le maïs. Un point important, les conditions climatiques aidant, la réponse aux fongicides a été très bonne cette année !

Un point commun pour les deux cultures : une année très difficile pour le semis direct, et plusieurs agriculteurs prévoient ne pas en faire l’année prochaine.

St-Hyacinthe

Le rendement dans le maïs a été sous la moyenne de l’ordre de 0,5 à 1,0 TM/HA, pour un résultat autour de 10 TM/HA. La qualité n’est pas exceptionnelle avec surtout du grade 3, mais aussi un peu de grade 2 et 4. À ce jour, nous n’avons pas encore eu à escompter du maïs à la livraison en raison de problèmes de qualité sur le grain que nous avons acheté. Fait d’ailleurs intéressant, on observe aussi peu de toxines cette année dans le maïs.

Comme le montrent bien les résultats de la Quête du rendement, on constate également que ceux qui ont appliqué les bonnes quantités d’intrants, au bon moment et selon les recommandations s’en sont très bien tirés. N’eût été du gel hâtif de septembre dernier qui a coupé court la saison, plusieurs auraient certainement obtenus encore de meilleurs rendements.

Dans le soya, les rendements obtenus sont beaucoup plus variables et très décevants, passant d’aussi peu que 0,25 TM/acre à parfois 1,5 TM/acre. Plusieurs conclusions peuvent être tirées de ces résultats. Il y a bien entendu une question de semi hâtif versus tardif qui a joué pour beaucoup au printemps. Mais, dans ce cas-ci, ce qui saute le plus aux yeux est le bon choix de la variété semée ; celles qui n’avaient pas de vigueur printanière ayant particulièrement moins bien performées par la suite. Le fait que le terrain soit bien travaillé avant le semi, et le type de sol, y sont pour beaucoup aussi dans les résultats obtenus.

Mais sommes toutes, si les rendements obtenus ont été très variables dans le soya dans la région, la qualité n’a pas été trop décevante pour autant. Rien d’exceptionnel, mais aucun lot n’a été déclassé jusqu’à présent.

Dans l’ensemble, dans la région de St-Hyacinthe, l’année 2014 ne passera certainement pas à l’histoire comme une bonne année, et sans aucun doute que l’an prochain sera mieux. On s’attend d’ailleurs à ce que pour 2015, il y ait de l’ordre de 0 à 5% de plus de maïs de semé.

Montérégie-Est

Les rendements et les poids spécifiques ont en général graduellement baissé suivant les 7-8 séquences de semis qu’il y a eu.

Les pluies ont été davantage abondantes à l’approche des lignes américaines. Les rendements ont alors été extrêmement variables que ce soit dans le maïs (3 à 11 T/ha) ou encore dans le soya (<1 à 3.5T/ha).

Les alentours de St-Césaire ont produit de très bons rendements dans le maïs, puisque les semis se sont effectués au mois de mai, le soya a lui été plus variable en raison de plusieurs champs très infestés de sclérotinia.

Mis à part le semis tardif et le surplus d’eaux, les baisses de rendement dans le maïs plus au sud sont dues au pythium, à la mauvaise préparation de terrain au printemps et au gel automnal.

Ce dernier a par chance moins affecté la région proche du lac Champlain, dû à sa chaleur, et puisque les cultures étaient davantage vertes, donc plus tolérantes.

La plupart du soya semé tardivement ne semblait pas avoir souffert du gel, excepté le coin de Bromont et les terres noires, mais les gousses ne se sont quand même pas remplies comme espérées.

Les champs de maïs qui ont connu de gros problèmes de poids spécifique (#4 et moins) sont soit ceux qui ont été semés avec des unités thermiques beaucoup trop hautes étant donné leur date de semis, ou encore certains champs qui étaient particulièrement laids suite à de la compaction créée au printemps ou auparavant. Les fumiers ont été une partie des problèmes dans certaines municipalités, les citernes à lisier créant soit de l’attente ou d’énormes compactions tôt au printemps.

Les producteurs ayant semé tôt qui ont appliqué leur azote également rapidement, ont connu beaucoup de perte due au lessivage, le bas des plants s’est mis à se dessécher dès la fin aout. On a pu constater des bouts d’épis rabougris et donc une perte de rendement se situant autour de 1TM/ha. Afin que le maïs ne manque jamais d’azote, un 2e fractionnement aurait alors été bénéfique ou encore un produit diminuant le lessivage aurait été très utile.

On constate aussi que les terres en rotation et les terres argileuses s’en sont beaucoup mieux sorties.

Pour St-Pie, il n’y a pas de changements majeurs sur les bilans finaux ! Il est vrai cependant que la baisse du poids spécifique est moins dramatique qu’anticipée plus tôt cet automne. Pour le soya le ratio d’IP restera encore fort pour 2015.

On voit également une forte augmentation de céréale dans la région. Pour certains, ça fait plusieurs années qu’ils n’en avaient pas semé, quand il ne s’agit tout simplement pas pour d’autres d’une nouvelle culture. Dans le but de niveler principalement, mais aussi parfois pour drainer. Un peu de blé d’automne, mais surtout du blé de printemps.

Dans le soya et le maïs, les résultats d’application de fongicide sont très positifs, et plusieurs recommenceront l’expérience. Pour l’azote également, les doses augmenteront pour 2015 dans le maïs et le blé avec de l’Agrotain pour aider à conserver l’azote appliqué et aussi voir même le fractionnement dans le maïs et le blé !!

Montérégie Ouest

Les rendements en maïs sont très variables, mais en général les producteurs sont agréablement surpris de la qualité, avec des rendements moyens entre 8.2 – 10.5 TM/ha. Ce n’est pas la catastrophe telle qu’anticipée. La région de Lacolle a été la plus touchée, avec trop de précipitations au printemps. Cette région a du 6-9 TM/ha et les producteurs cherchent à acheter du maïs pesant pour mixer avec leur maïs léger pour vendre du #3 et ne pas être trop escompté.

Dans le cas du soya, les rendements sont de beaucoup inférieurs aux deux dernières années. La région de St-Jacques-le-Mineur a été durement touchée avec des rendements de 0.6 TM/acre. Les plus gros rendements moyens ne dépassent pas 1.3 TM/acre, à quelques exceptions près. Plusieurs producteurs ont aussi séché le soya ou ventilé à l’air chaud, car nous n’avons pas eu beaucoup de belles journées ensoleillées pour sortir une récolte à 13-14 % d’humidité. Le gel et plusieurs maladies, dont le phomopsis, et la sclérotinia ont frappé fort.

La surprise de l’année, rendement record dans le blé de printemps en régie intensive. On voit aussi une grande différence de rendement dans le soya pour les clients ayant passé une tasse résidus au printemps comparativement au semis direct.

À retenir pour 2014… diversifier ses cultures, car la météo peut être favorable pour certaines, lorsque d’autres seront très affectées.

Un petit mot sur la Quête de Rendement : rendement décevant de 11.35 TM/ha sur 12 ha, mais tout de même de 0.5 à 1 TM/ha de plus que la moyenne de l’entreprise. Ce n’était pas l’année pour réussir du 19 TM/ha. Le gel a détruit les feuilles du haut qui avaient été protégées par un fongicide. Les fortes précipitations ont lessivé les engrais au printemps. La chaleur n’était pas au rendez-vous pour atteindre des sommets.

Un réseau engagé envers sa communauté


Lors de l’assemblée générale annuelle de l’association Au Coeur des Familles Agricoles, tenue au Domaine de l’Érable, à St-Hyacinthe, le réseau Agrocentre a démontré, encore une fois, son appui à l’organisme.

Pour l’occasion, Mario Lafond d’Agrocentre Lanaudière a remis, au nom du groupe, un montant de 5 000$ à la présidente, Madame Lise Tremblay et Madame Maria Labrecque Duchesneau, directrice générale.

Ce n’est pas d’hier que le réseau Agrocentre est solidaire de la cause mise de l’avant par l’association. Il y a de cela quelques années, une troupe de 60 personnes du réseau avait fait une action communautaire en donnant un coup de pouce à trois familles agricoles qui en avaient besoin.

Au fil des ans, le réseau a aussi contribué de façon monétaire en cumulant 45 000$ en dons.

Nouveaux records en soya et en blé ?

Plus que quelques semaines encore, et nous y serons : début des semis au Québec !! Alors, d’après vous, quel sera le pronostique cette année ? Plus de maïs, plus de soya, ou pourquoi pas plus de céréales ?

Si on se fit aux informations que notre réseau nous permet d’obtenir (discussion avec les producteurs et ventes de semences), il semble que le cœur des producteurs reste encore très déchiré entre maïs et soya, alors que le blé cherche pour sa part à se tailler timidement une place.

Rive-Nord/Lanaudière

Les intentions d’ensemencement en maïs, soya et blé se veulent jusqu’ici sensiblement les mêmes qu’en 2014.

Le prix du soya transgénique à la récolte semble faire la cour à certains producteurs de grandes superficies qui ne sont pas si convaincus que les revenus de maïs de la prochaine récolte soient intéressants. Il est donc bien possible que des agréages changent de maïs à soya selon le printemps, et la décision sera alors facile à prendre.

Montérégie

Pour la Montérégie Ouest et la région de St-Hyacinthe, environ 2-5% d’augmentation dans le maïs, alors que le soya est stable avec le même ratio IP et RR que l’an passé. Dans les céréales, on observe une légère augmentation des intentions si le printemps le permet, sans quoi les faveurs iront au soya.

Dans la région de St-Pie, le maïs montre peu de changement jusqu’ici comparativement à 2014. On sent par contre un léger recul de 3 à 4 % dans le soya, avec un ratio d’IP versus RR qui reste stable suite à la grosse augmentation de superficie en soya IP de 2014. Une forte augmentation de l’ordre de 8 à 10 % est cependant pressentie dans les céréales. Quelques champs par-ci par-là en blé d’automne, mais l’augmentation est principalement dans les intentions du côté du blé de printemps.

Bref, à en croire les premiers échos, les dés ne sont pas encore joués concernant les intentions d’ensemencements. Mais, chose certaine, selon les conditions ce printemps, se pourrait bien être la première fois qu’il se sèmera plus de soya que de maïs en 2015 au Québec.

Il sera aussi intéressant de surveiller les superficies ensemencées en blé. En effet, l’an dernier était déjà un record de tous les temps au Québec, avec 67 000 hectares. Et à en croire ce qu’on entend, 2015 pourrait très bien être une autre année exceptionnelle de ce côté.

La Quête du rendement 2015

Les producteurs représentant six entreprises agricoles localisées dans les secteurs couverts par le réseau Agrocentre ont été trouvés. Cinq des six collaborateurs de l’année dernière reviennent cette année. Les six champs seront suivis pas à pas tout au long de la saison par les représentants du réseau Agrocentre. Ainsi, sur notre site web, vous pourrez suivre la quête du rendement, soit l’évolution de chacun de ces champs, du semis à la récolte avec de multiples observations et détails.

Du nouveau cette année !!

En plus de notre section dédiée à la Quête du rendement sur le site Agrocentre, nous avons aussi une page Facebook. Cette année, nous introduirons des mini clips vidéo, en plus des photos et des commentaires des collaborateurs à la Quête. 
 
La publication des informations s’effectuera par bloc : description de l’entreprise, détails sur le champ observé, semis, fertilisation, protection des cultures, observations, récolte, bilan post récolte. Il y aura aussi un bloc général par ordre chronologique des évènements observés

Vous serez à même de connaitre les stratégies, techniques et les décisions de régie prises par ces agriculteurs de pointe et par le fait même, réaliser les résultats obtenus pour ces champs. 

Nous allons mettre en ligne sous peu les détails que nous
aurons recueillis avant que le printemps ne débute. Demeurez à l’affût de nos publications, c’est le début de la quête du rendement.

Plus que quelques mois pour vendre ses dernières récoltes

Reste-t-il encore de bonnes occasions pour vendre le grain qu’il reste dans les silos d’ici les récoltes ?

La réponse est oui, mais pas sous n’importe quelles conditions. Brièvement, voici quelques points à considérer :

C’est sec aux États-Unis dans certaines régions, mais pas assez encore. On parle essentiellement du Dakota du Nord et du Sud, et du Minnesota. Le centre et le sud des Plaines américaines sont aussi très secs, mais il s’y cultive beaucoup moins de maïs et soya, surtout du blé. N’empêche, certains commencent déjà à faire des rapprochements entre cette année et 2012…

C’est aussi trop humide et frais pour le moment aux États-Unis dans d’autres régions, le sud et l’est du Midwest américain. Certaines inquiétudes entourant un retard dans les semis pourraient soulever encore les prix dans les semaines à venir.

​La probabilité qu’un El Nino se manifeste cette année a été relevée à 60-70% à partir de juin. Généralement, ce phénomène météo n’a pas une incidence particulièrement définie au Canada et aux États-Unis en été. Certains parlent de conditions plus chaudes, d’autres qu’elles sont plus propices pour les cultures. Par contre, El Nino est reconnu pour avoir un impact plus marqué en Australie et en Asie. Le risque est donc bien réel que la récolte de blé de l’Australie soit affectée cette année.

La « base » au Québec a généralement tendance à grimper à partir du mois de mars jusqu’à la récolte dans le maïs. Ceux qui savent travailler séparément la base et le contrat à terme ont ici une belle opportunité d’aller chercher davantage qu’uniquement le prix du jour (prix spot).

Cela dit, il faut noter qu’à l’exception de la base au Québec, on parle surtout d’imprévus météo. Autrement dit, il faut espérer du mauvais temps aux États-Unis ou même ailleurs sur la planète si on souhaite réussir à vendre à meilleur prix d’ici les récoltes. Ce n’est pas impossible, mais c’est risqué.

Dans tous les cas, le mieux est de rester particulièrement à l’affut des rebonds des prix dans les prochaines semaines, surtout s’il s’agit de hausses alimentées par des imprévus météo. On le sait, il ne suffit, par exemple, que d’un coup d’eau pour atténuer, voire même effacer toute trace d’un début de sècheresse. Alors, pourquoi courir le risque, surtout s’il nous reste beaucoup de grains à vendre ?

Bien entendu, la période d’ensemencement n’est certainement pas le meilleur moment pour surveiller les marchés. Mais il suffit d’un coup de téléphone de quelques minutes à notre équipe chez Agrocentre, et nous pourrons rapidement vous dresser un aperçu de la situation et, au besoin, vous proposer différentes alternatives pour aller chercher le meilleur des prix d’ici les récoltes.

Ça sème dans la poussière toute la semaine !


Ce printemps 2015 est totalement différent de ce que nous avons vécu il y a un an. Avec une fenêtre d’ensemencement qui dure depuis maintenant près d’une semaine, les semis vont bon train, si bien que dans certaines régions les semis de maïs seront réalisés d’ici quelques jours.

Centre du Québec et Mauricie :

Dans cette région, ça roule encore bon train et les semis de maïs, en date d’hier soir sont complétés à 60%. Les céréales sont avancées à 80% et concernant le soya, on indique 20%

Brome Missisquoi, Estrie

Cette région a été plus lente à décoller et dans certains coins, on a eu plus de pluie qu’ailleurs lundi en fin de journée. Les semis sont moins avancés : les maïs ( 35-40%) ; soya (5%) et céréales (90%) ont un peu moins de chemin de parcouru, mais ça va vite.

Montérégie

Dans l’ouest, les secteurs de Soulanges, St-Rémi, Napierville, Beauharnois, on parle d’une avancée du maïs à plus de 75% et 30% pour le soya. Les céréales sont complétées pour leur part.

Dans la région de St-Hyacinthe, Verchères, c’est pratiquement la même réalité bien que le soya serait complété à 50%

Autour de St-Pie, St-Valérien, St-Liboire on observe en moyenne on 50% pour le maïs, 25% dans le soya ert 80% pour les céréales.

Le beau temps semble installé pour l’ensemble de ces régions encore aujourd’hui et possiblement demain pour une bonne partie de la journée. Nul doute que d’ici la pluie attendue en début de semaine prochaine, une très grande portion des ensemencements dans la plaine du St-Laurent auront été réalisés.

​Outil R7® par WinField®

Le réseau Agrocentre a accès à ce nouvel outil performant, économique et efficace qu’est l’ Outil R7® par WinField®

Les cartes de rendement des années antérieures, générées par l’Outil R7® sont à toutes fins identiques aux cartes de rendement conventionnelles que le producteur pourrait produire avec les données issues de son capteur de rendement.

Grâce à l’Outil R7®, le champ est délimité etl e logiciel produit plusieurs cartes différentes, mais complémentaires : une carte de variabilité des sols, des cartes de potentiel de rendement selon les saisons, pour ensuite générer une carte de gestion par zone qui combinera toutes les informations des cartes précédentes et qui
divisera le champ en quatre (4) ou cinq (5) zones de gestion.

Pour plus de détail, allez sur la page agriculture de précision de notre site web.

Chef de file !


Voilà, les semis sont presque entièrement complétés dans les régions désservies par le réseau Agrocentre. Entre deux passages aux champs, êtes-vous allés constater que nous sommes aussi actifs sur le web ?

Nous pouvons affirmer sans nul doute que le réseau Agrocentre est un chef de file quant à son dynamisme à communiquer sa passion via les médias électroniques.

La Quête du rendement


C’est maintenant bel et bien parti, la Quête est commencée. Allez sur le site des six collaborateurs de la Quête du rendement. Vous y trouverez des informations abondantes et des renseignements sur leur régie de champs. De plus, de très belles photos et vidéos sont maintenant intégrés au blogue de la Quête du rendement.

Dans sa deuxième année, la Quête comporte deux changements majeurs. Nous avons intégré des vidéos et il y a dorénavant une page Facebook la Quête du rendement. C’est alors plus facile de se tenir à l’affût des nouvelles parutions sur le blogue. À chaque fois que s’ajoute une information sur le blogue, une mention sera affichée sur le Facebook la Quête du rendement.
Suivez nous !!!

Capsule Orange


Le réseau a innové il y a quelques années avec la capsule Orange. L’emphase porte principalement sur un contenu éducatif et informatif. Les maisons d’enseignement utilisent ce canal de transfert de connaissance, démontrant ainsi le savoir faire Agrocentre. Nous avons mis en ligne dernièrement de nouvelles capsules et vous pouvez même vous inscrire pour recevoir une alerte dès la parution d’une nouvelle capsule. De plus, à chaque nouvelle parution, nous en faisons mention sur la page Facebook Agrocentre. Suivez nous !!

Le réseau Agrocentre, un réseau dynamique, fier partenaire des gens qui nous nourrissent.

Curieuse d’année à nouveau cette saison pour les cultures. Ensemencements rapides dans la plupart des régions au début mai, suivi de temps venteux, frais et trop humide jusqu’en juin, puis finalement des températures tranquillement plus acceptables en juillet.

Pas surprenant que les observations et constats soient très variables.
Selon les dernières données publiées sur l’Institut de la Statistique du Québec en date du 10 juillet, on remarque bien que le son de cloche est très différent d’une région à l’autre :

Maïs

Pour le Québec, les données proposent en moyenne un retard dans le développement des cultures, avec un rendement prévisible dans la moyenne, mais une qualité de grain meilleur qu’à la normale.
Le retard dans le développement des cultures se fait davantage sentir dans les régions où les averses ont été plus excessives en juin, notamment le Centre-du-Québec, la Rive-Nord de Montréal et en Montérégie dans le secteur de Granby. À l’opposé, elles sont dans la normale dans les autres secteurs de la Montérégie (Saint-Hyacinthe et Saint-Jean-sur-Richelieu).
Dans tous les cas, pour le moment, on rapporte par contre un rendement qui sera dans la moyenne.

Soya

À l’image du maïs, le développement des cultures de soya présente en moyenne un léger retard au Québec avec un rendement toutefois un peu moins important qu’à la normale.
Ici aussi, ce sont les régions plus au nord (Mauricie) et au sud-est/est qui se montrent un peu plus en difficultés (Estrie, Chaudières-Appalaches, Bas-Saint-Laurent), principalement en raison d’averses excessives ce qui a eu pour effet de retarder de quelques jours à une semaine le développement. La région de Chaudière-Appalaches (Lévis) est celle qui semble le plus éprouver de problèmes avec un moindre rendement prévisible.

À la lueur de ces informations, il est donc très difficile d’évaluer l’importance des récoltes à venir au Québec, surtout que certaines régions qui éprouvent plus de problèmes produisent généralement moins de maïs ou soya, alors qu’à l’opposé d’autres régions qui sont d’importantes productrices de maïs et soya proposent pour le moment de très belles récoltes.

Mais, ce qui est de plus en plus certain, c’est que les récoltes au Québec de cette année ne passeront pas à l’histoire côté rendements.
Heureusement, pour les producteurs québécois, la surprise de cette année est le renversement très intéressant dans le marché des grains.
En effet, avec la mauvaise météo aux États-Unis en juin, on ne peut pas passer sous silence le retour en force des prix du maïs et soya qui ont grimpé respectivement à plus de 210-220 $ la tonne et 450-460 $ la tonne.

Bulle spéculative ? Retour définitif à la hausse ? Difficile à dire. Dans tous les cas, c’est une belle opportunité pour les producteurs à considérer. Restez à l’affut de ce qui se passe dans le marché et n’hésitez pas à contacter nos conseillers qui pourront vous donner l’heure juste à ce sujet !

Les producteurs agricoles bénéficieront d’un programme étendu de collecte des sacs de semences et de pesticides.

AgriRÉCUP étendra ses activités en 2016. Ses activités incluront un programme de collecte des sacs vides de semences et de pesticides à l’échelle provinciale. Ce programme sera financé par l’industrie. 

AgriRÉCUP offre déjà plusieurs programmes fructueux (recyclage des contenants vides de pesticides, collecte des pesticides périmés, collecte des médicaments périmés pour bétail et chevaux). Celui-ci permettra aux producteurs agricoles de l’Ontario, du Québec et des Maritimes de se défaire, de façon sécuritaire, de leurs sacs vides de semences et de pesticides.

Les sacs vides seront acceptés là où ils ont été achetés. De là, ils parviendront à un centre approuvé où ils seront incinérés pour en récupérer l’énergie. Ces sites d’incinération font l’objet d’un contrôle strict des émissions. Ils satisfont à toutes les normes provinciales et fédérales relatives aux émissions.

Ce programme a débuté en 2006, sur une base régionale, dans les Maritimes. Il visait à collecter et à éliminer de façon sécuritaire les sacs vides de pesticides. Entre 2013 et 2015, le programme s’est déplacé en direction ouest, sous forme de projets pilotes menés dans des régions choisies de l’Ontario et du Québec. Il a été élargi pour inclure les sacs de semences.

AgriRÉCUP travaille présentement à étendre son réseau de collectes par l’inscription de nouveaux sites. Nous comptons déjà treize importantes compagnies de semences dans l’est du Canada qui fournissent leur soutien financier à ce nouveau programme.

Nous profitons de cette occasion pour remercier ceux qui ont participé à la mise en place du programme. Les détaillants de produits agricoles, les vendeurs de semences et les représentants de l’industrie ont collaboré pour concevoir un programme commode et accessible aux producteurs ontariens et québécois. Les Grains Farmers of Ontario et l’Union des Producteurs agricoles ont fait la promotion du programme auprès de leurs membres.

Les fonds requis pour les différents programmes provenaient de CropLife Canada, de l’Association canadienne du commerce des semences, du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario par le biais de l’entente avec le gouvernement du Canada (Écosystème du bassin des Grands Lacs), du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec dans le cadre de son programme PrimeVERT. À compter de maintenant, le financement du programme proviendra de l’industrie.

Nous vous tiendrons au courant des démarches entreprises d’ici au lancement en mai 2016. Comme toujours, nous vous invitons à nous faire vos commentaires, de même qu’à nous aider à promouvoir ce programme dans tout votre réseau.

Pour obtenir plus d’information, veuillez visiter www.agrirecup.ca.

Alerte automatisée !

Vous pourriez recevoir un courriel vous avisant dès qu’il y a un ajout de données dans notre section résultats de parcelles, inscrivez-vous !

 
 Semences PRIDE d’AgReliant Genetics Inc. a annoncé l’expansion de son réseau de distribution au Québec. Doug Alderman, vice-président des ventes et du marketing chez Semences PRIDE : « le réseau Agrocentre est maintenant agent de Semences PRIDE au Québec. Ils vont offrir les semences de maïs et de soya aux nouveaux clients permettant une présence plus complète à travers la province. » 

Il ajoute que le groupe va renforcer le réseau existant de PRIDE : « des agents avec des ressources professionnelles et hautement qualifiées gagent de notre succès depuis longtemps au Québec ». De plus, ils savent s’adapter en évoluant année après année afin de remplir les besoins des producteurs du Québec.

M. Alderman a mentionné que le réseau Agrocentre est synonyme d’excellence comme fournisseur d’intrants et de fertilisants au Québec. Il ajoute que cette expansion assure que Semences PRIDE demeure axée sur la performance avec sa gamme de maïs, soyas et services taillés pour les producteurs à travers le Québec.